Une charte d’éco-navigation pour le territoire !

Lundi 5 novembre a eu lieu la signature de la Charte d’éco-responsabilité de l’activité de transport maritime à Toulon, entre la Métropole TPM animateur des sites Natura 2000 Embiez-Cap Sicié, et la compagnie de transport maritime La Méridionale.

Cette charte est cosignée par les différents acteurs des aires marines protégées en Méditerranée : le Parc national des Calanques, le Parc national de Port Cros, le Parc naturel marin du Cap Corse et de l’Agriate et les préfets maritime et terrestre du Var pour l’agence française pour la biodiversité.

« Nous sommes précurseurs dans la mise en place de cette charte » a annoncé Gilles Vincent, Vice-président métropolitain en charge du développement durable et président du COPIL Natura 2000, en préambule. La charte s’inscrit dans une démarche globale d’éco-responsabilité de l’activité de transport maritime concernant les compagnies de transport à l’égard des Aires Marines Protégées de la façade méditerranéenne.

« La Méditerranée est un joyau, c’est notre terrain d’activité et c’est un hotspot de biodiversité reconnu.  Cette démarche collective des acteurs économiques et des acteurs de la préservation écologique, vise à réduire les effets de l’activité marine sur les côtes comme sur le milieu marin. C’est une démarche qui nous est chère » a annoncé Marc Reverchon, PDG de La Méridionale.

Concrètement, cette charte présente et valorise le travail déjà réalisé par la compagnie maritime dans la maîtrise de son impact écologique, ainsi les mesures déjà mises en œuvre comme « le remplacement des peintures des coque des bateaux à l’étain par des peintures en silicone ou la mise en place de l’intelligence artificielle pour piloter les moteurs a permis des économies de consommation de l’ordre de 15% », complète Marc Reverchon.

La charte expose des objectifs communs partagés tels que le repérage et le partage de position des mammifères marins dans le sanctuaire Pélagos, ou encore sensibiliser les officiers et matelots à l’environnement marin, et plus généralement poursuivre la réduction de l’empreinte environnementale de l’activité sur les aires marines protégées. Et elle fixe des engagements spécifiques de la compagnie maritime La Méridionale comme « poursuivre la démarche de réduction des rejets. Dans ce cadre, nous avons testé la semaine dernière les filtres à particules pour traiter les rejets atmosphériques en pleine mer. Cette opération lourde qui se fera avec une participation financière de l’ADEME, permet d’éliminer près de 99% des particules fines des rejets et  près de 56% des particules ultra fines. » explique Marc Reverchon.

Un volet des actions concerne la communication sur l’importance et la fragilité de ces espaces marins auprès des passagers. « Or sur un bateau on a du temps, une fois arrivés à destination les passagers ont traversé ces espaces de biodiversité riches, ces merveilles, et sont conscients de l’intérêt de leur protection », insiste Gilles Vincent.

De plus, une des mesures est aussi de renforcer la réduction et la valorisation de déchets, « sur un bateau qui peut représenter une petite ville avec ses 5000 passagers, trier ses déchets est important », explique Gilles Vincent.

Les espaces Natura 2000 Embiez-Cap Sicié

Cette démarche a été possible car la Métropole TPM est gestionnaire d’espaces Natura 2000**. Ce lundi 5 novembre, les acteurs Natura 2000 étaient réunis pour lancer l’animation des sites Cap Sicié à Six-Fours-les plages et Embiez. 3 sites Natura 2000 sont concernés :

  • Un site entièrement marin : le site Natura 2000 Lagune du Brusc
  • Un site majoritairement marin : le site Natura 2000 Embiez / Cap Sicié
  • Un site majoritairement terrestre : le site Natura 2000 Cap Sicié / Six-Fours

Cette phase d’animation qui débutera 2019-2021, portée par la Métropole a pour grands objectifs la communication sur ces sites exceptionnels, l’organisation d’animations et de sensibilisation du public, et l’encadrement les pratiques de loisir sur ces sites. 

Sur le volet marin, les actions se concentreront sur le travail en groupe autour des activités comme la plongée par exemple, l’actualisation de la cartographie des habitats marins ou encore l’organisation d’une journée annuelle Natura 2000.

 

** Créé par l’Europe, le réseau Natura 2000 est le plus grand réseau de sites protégés au monde dont l’objectif est de conserver la biodiversité tout en maintenant les activités humaines pratiquées sur ces sites.