Une allée de la Navale pour une grande dame

Pendant cette « semaine des Droits de la femme », la Ville a honoré celle qui, en 1974, a donné son nom à la loi légalisant l’avortement, en nommant dans le parc de la Navale une allée Simone Veil. L’inauguration a eu lieu vendredi 8 mars, journée internationale des Droits de la femme.

Comme elle l’avait fait avec Danielle Mitterrand, rebaptisant l’allée « Entre deux terres » du parc Braudel, du nom de celle qui oeuvra pour l’accès de tous à l’eau potable dans le monde, la Ville a décidé de nommer une deuxième allée, celle du parc de la Navale, du nom de Simone Veil. A la tribune de l’Assemblée, la Niçoise qui avait survécu à deux internements en camps Nazi s’exprimait ainsi pour défendre sa loi légalisant l’IVG en France. C’était en 1974… 30 ans (à peine) après l’accès des femmes au suffrage universel : « Je voudrais vous faire partager une conviction de femme, je m’excuse de le faire devant cette assemblée, composée presque exclusivement d’hommes. Aucune femme ne recourt de gaieté de coeur à l’avortement, il suffit d’écouter les femmes, c’est toujours un drame, cela restera toujours un drame (….) ».

Il n’était évidemment pas question à l’époque, de placer cette loi sous le joug de la libération du corps de la femme, et encore moins pour lui octroyer une quelconque liberté sexuelle. C’est en tant que ministre de la Santé et, suite aux nombreux accidents et décès provoqués par les « faiseuses d’anges », celles qui avortaient « sous le manteau », que Simone Veil a souhaité organiser le débat en préambule de la loi. Et force est de constater qu’elle a bien fait, tant ce sujet provoque, encore aujourd’hui, de profonds ressentiments, moins philosophiques que religieux d’ailleurs.

Bouchra Réano

Injuriées chaque jour

Celle qui entra, l’an dernier, avec son époux au Panthéon, au côté des Grands Hommes, a donné son nom à l’allée qui relie les kiosques du parc de La Navale au Casino Joa, en passant par le manège. Illustrant la volonté de la municipalité d’honorer son combat à travers une action forte, en plein milieu de la Semaine des Droits de la femme et, le jour même de la Journée internationale de défense des Droits de la moitié de l »Humanité. A l’heure du repli communautaire, où l’on fait supporter aux femmes « l’honneur » des hommes, quelques semaines après l’acquittement en Irlande d’un violeur parce que sa victime portait un string en dentelle apparent , et, quelques jours à peine le viol en pleine rue et en plein jour d’une femme à Berthe, Bouchra Réano, conseillère déléguée entre autres, aux discriminations, s’insurge : « Peut-on être libre quand on est injuriées chaque jour ?! Continuons à lutter pour une société libre et égalitaire. Rappelons chaque jour que les droits des femmes ne sont pas négociables. Place aux femmes ! »

Place aux femmes !

Au propre oui, comme au figuré… Sur les places du centre-ville, des bâches honorent celles qui, parfois au péril de leur vie, tout du moins à celui de leur réputation, ont fait avancer le droit des Femmes à travers le monde. Et la Ville d’honorer aussi huit Seynoises (voir photo ci-dessous). Ces dernières servent de fil rouge à toute une série d’événements qui jalonnent cette semaine des Droits de la femme à La Seyne-sur-Mer.

Place aux femmes donc, mais surtout un grand merci aux quelques messieurs, hélas si peu nombreux, présents à ces manifestations.

sylvette.pierron@la-seyne.fr

Notez les événements organisés toute la semaine sur le programme ci-dessous. Et retrouvez toutes les photos des événements de ce week-end (Zumba Party, conférence…)

Zumba party sur le parc de la Navale

Conférence débat avec les huit femmes mises à l'honneur par la Ville