Ils sont tous coupables

Rien ne les obligeait à construire, encore, toujours. Ce n’est plus une question de logement, social ou non, c’est celle du bon sens, celle de la qualité de vie des Seynois déjà installés. Aucun habitant n’a demandé une croissance démographique de l’agglomération dans les conditions actuelles de circulation. C’est pourquoi nous avons voté contre le dernier programme local de l’habitat de TPM qui prévoit la production neuve de 1.150 résidences principales sur la commune de La Seyne-sur-Mer.

Nous votons contre la réalisation d’un parcours sportif urbain en centre-ville, dans un environnement totalement inadapté, qui coûtera près de 30.000 euros à la commune, alors que la Région, représentée à La Seyne par son maire et son adjointe aux sports, ne paye pas un seul euro. Nous votons contre la préemption par la Ville du bien vendu par la société marseillaise de crédit, au 14 avenue Hoche, pour en faire un espace culturel permanent supplémentaire, dans un secteur non marchand, dans un quartier sinistré. Nous votons contre toutes les formes d’atteinte à l’intérêt général des Seynois. C’est notre rôle.

A sept ans de mandat, Marc Vuillemot réalise que « la meilleure manière de redonner de l’attractivité au centre est de gagner sur la mer au niveau du quai Saturnin Fabre » Nous avons voté pour. Nous le proposons depuis le début. Sauf qu’il s’agit pour nous de créer une véritable place urbaine, de plus de 50 mètres de large, permettant, à cette condition seulement, la réappropriation de l’espace portuaire. C’est notre projet, financé. A vouloir gagner sur la mer, trop tard et trop peu, M. Vuillemot aura perdu les élections. 10 mètres de plus, ce sont 10 mètres de moins à faire, mais 5 ans de perdus.