Tribune de Les Républicains – UDI

La Corniche de Tamaris, le plus beau paysage sur la rade de Toulon. Tous les acteurs institutionnels doivent participer à ce projet d’ampleur ! Tous les élus de la Métropole, dont Nathalie BICAIS et Jean-Pierre COLIN, sont motivés pour rénover ce site indispensable à la valorisation du littoral Métropolitain. Or, ce qui est anormal, c’est qu’il n’y ait jamais aucun entretien de cette infrastructure. Les trous restent béants sur les trottoirs, des pans du parapet tombent sans être réparés, les poteaux en bois pour le réseau électrique redevenu aérien demeurent. La corniche se dégrade, chaussée ET trottoirs, et d’un seul coup, nous avons le remède à tous les maux. 32 millions c’est bien, mais ce n’est pas magique ! Les financements c’est une chose, les choix d’aménagement c’en est une autre. Quel projet ? Quels usages ? Quelle gestion ? Quelle esthétique ? Quel cap ?! Le patrimoine c’est notre mémoire collective mais surtout un moyen de revaloriser l’image de La Seyne. En 2001 la corniche devait devenir départementale, mais le département ne voulait pas transférer la domanialité de cet ouvrage sans que la ville ait procédé à sa réhabilitation, qu’il était prêt à prendre à son compte. Malheureusement les travaux n’ont pas été réalisés et la corniche est restée communale. Du fait, seul le Maire pouvait décider de lancer le projet ou pas. Mais rien ! Pire ! Ne faisant pas le travail préalable de phasage, le travail de voirie pour détourner les voitures, de préparation pour les commerces, il nous met une nouvelle fois dans une position de désappropriation de notre territoire. Les effets d’annonce ne font que réduire la crédibilité de ceux qui se battent réellement pour faire avancer les choses. Les promesses n’engagent que ceux qui les croient !