Tribune de Les Républicains – UDI

Depuis plus de 10 ans ce sont près de 300 millions d’euros que l’Etat et les collectivités locales ont investi pour rénover la cité, qui s’est embellie. Malgré cela, nous assistons à des fusillades à la kalachnikov, des morts en pleine rue et un couvre-feu pour les mineurs. Nous sommes une plaque tournante régionale du trafic de drogue. C’est un échec catastrophique ! Tout le monde déplore cette situation et le maire de La Seyne – auquel les deux dirigeants de l’opposition municipale Nathalie Bicais et Jean-Pierre Colin ont exprimé leur solidarité dans ces moments sombres de notre histoire – demande des moyens qu’il n’obtiendra pas ou si peu. Il faut regarder les causes structurelles de cette catastrophe urbaine :

– Il y a urgence à répondre aux vraies questions sur la consommation de drogue et les moyens de la répression. Même s’il s’agit d’un problème de politique nationale, cela donne une image très négative à notre ville.

– Arrêter de regrouper des populations fragiles sur les mêmes territoires. Berthe est devenue un sujet qui dépasse La Seyne. C’est une cause métropolitaine et régionale car la ville sans moyen – qu’elle a dilapidé depuis 10 ans par ailleurs – a échoué ! De même, il faut arrêter de bétonner La Seyne. Cette concentration urbaine est source de paupérisation. – Notre formidable Police municipale ne dispose que d’un agent pour 1 000 habitants. Nous devrions faire de ce service de la police municipale le plus important de la ville pour pouvoir multiplier les patrouilles, de jour comme de nuit. Enfin il est temps que la majorité de gauche et d’extrême gauche se range à la nécessité d’un PC sécurité de 400 caméras de vidéoprotection à travers la ville. Nous le disons haut et fort, Il faut arrêter l’angélisme et se donner les moyens de l’efficacité. Nous voulons être un partenaire utile dans cette lutte sans répit pour le bien de tous.