Tribune de Les Républicains – UDI

Coup dur économique pour la Seyne. L’annonce a fait l’effet d’un coup de tonnerre. Le groupe DFDS, armateur des Ro-Ro qui assuraient trois rotations hebdomadaires entre le port de Brégaillon et la Turquie vient de cesser ses escales seynoises au profit du port de Sète. Bilan : environ 200 emplois menacés et 15 millions d’euros de retombées économiques perdus pour la Métropole. Au-delà des regrets, il convient aujourd’hui de se poser les bonnes questions et trouver les bonnes réponses sur les raisons qui ont motivé l’armateur à quitter La Seyne. A-t-on pris toutes les mesures qui auraient permis de pérenniser cette activité ? Assurément non. La voie ferrée qui relie la gare au port de Brégaillon est hors service depuis des décennies. Elle aurait permis l’acheminement de nombreux camions par ferroutage. Les terre-pleins du port ne sont toujours pas équipés d’installations électriques permettant de réfrigérer la cargaison des camions frigorifiques pendant les jours d’attente. Les camions ne pouvaient jouir d’un parc de stationnement suffisant. Ils étaient donc très souvent contraints de stationner, dormir et manger le long de la route. Tout autant de raisons qui ont motivé la décision de DFDS. Imprégné de son idéologie, Marc Vuillemot ne tire qu’une leçon à ce départ : « Il faut dénoncer et combattre l’ordre économique qui permet à ce groupe de ne songer qu’à son bénéfice. ». Tout un programme ! Ce n’est malheureusement pas avec ce seul objectif que l’on fidélisera les entreprises sur notre territoire. Et monsieur le maire de conclure : « La Seyne, comme toujours, saura se mobiliser ». Certainement ! Mais avec une nouvelle équipe municipale, bien plus engagée que l’actuelle et essentiellement motivée par le développement économique de la Seyne.