Tribune de la Majorité municipale

Les Seynois entrevoient enfin la possibilité quasi palpable d’un cinéma dans leur commune, la deuxième du Var. Le temps de l’opiniâtreté et de la persévérance des agents municipaux impliqués, des élus de la majorité, des citoyens et collectifs engagés dans le projet, porte ses fruits. Car c’est de La Seyne qu’il s’agit et de ses habitants, car c’est d’eux qu’il s’agit tout le temps. Et le temps paraît long quand on ne le passe qu’à se chamailler sur le dos de sa population. Et la vie quotidienne peut sembler courte quand on attend 30 ans qu’un projet voie le jour. Mais attention, cela ne veut pas dire non plus d’aller vite en besogne, d’aller si vite que la démocratie puisse en payer le prix, de nier le peuple et ses corps intermédiaires. L’engagement d’un élu aujourd’hui n’est pas de s’attribuer des glorioles personnelles et encore moins de décider sans plus consulter. Certains semblent encore négliger l’ordre des priorités et continuent d’oublier les citoyens. Le mouvement des « gilets jaunes », avant de lui attribuer de force une quelconque « couleur politique », est un indéniable jaillissement citoyen, certes ourlé de débordements intolérables, mais rassemblant des gens fondés sur une colère et des réalités communes. Alors, ce temps, celui de la concertation et de l’écoute, est plus que nécessaire à progresser ensemble et à redessiner les contours nouveaux de l’intérêt général puisés dans les expressions individuelles. Le gouvernement a perdu 18 mois à vouloir gagner du temps à marche forcée.