Tribune de la majorité municipale

Ils tirent sur tout ce qui bouge. La Corniche de Tamaris considérée par la métropole comme un atout intercommunal digne de faire l’objet d’un investissement important ? L’opposition y va de sa grimace sur les réseaux sociaux. Forcément, c’est l’un de ses thèmes de campagne qui se dérobe. Les avancées pour la ville ne les intéressent pas. Ce qu’il faut c’est du carburant pour la route (qui est longue d’ici les prochaines échéances, n’est-ce pas).

Tisot prend un départ en fanfare ? Panne d’image et de son côté opposition. Que la vie fasse valoir ses droits après les drames de Berthe, quelle importance ? Que le public viennent montrer, à sa façon, pacifique et joyeuse, qu’il apprécie le travail accompli par l’équipe qui anime superbe nouvelle structure socio-culturelle… Tout cela les laisse de marbre.

Monaco Marine, une entreprise navale internationalement réputée, vient s’installer sur d’anciennes friches ? « On préférait la rouille ! » semblent bouder les esprits chagrins. La ville voit des investisseurs miser sur elle dans des domaines aussi différents et complémentaires que le tourisme, les services ou l’industrie ? Encore des arguments qui tombent et n’alimentent plus la sinistrose. En revanche, les entend-on s’indigner du retard infligé à la friche de l’atelier mécanique et au cinéma ? Surtout pas. Car la liste de ce qui bouge et avance, grâce à l’action et l’effort de tous, malgré l’austérité paralysante imposée aux collectivités et contre tous les vents de l’adversité, est décidément trop indigeste pour qui parient… sur les vaches maigres.