Tribune de la Majorité municipale

Les événements tragiques de ces dernières semaines marquent un recul de la « République de proximité ». Nos pensées vont d’abord aux familles et à la population du quartier. Il y a urgence. Et avec le maire, Marc Vuillemot, dont nous partageons le combat déterminé pour notre ville, nous exigeons une mobilisation des pouvoirs publics. Mais au-delà de mesures immédiates, nous appelons à une prise de conscience à long terme. La sécurité reste une condition sine qua non de la démocratie et de la liberté. Ne l’opposons pas à la prévention, à l’éducation ou à la culture. C’est pourquoi d’ailleurs, pour le quartier comme pour toute la ville, l’ouverture du centre culturel Tisot (après la médiathèque Andrée-Chedid et avant l’espace accueil sports jeunes, l’ESAJ) prend tout son sens. La crise que vit notre société, les politiques d’austérité ciblant depuis des  décennies les services publics et donc les populations les plus en difficulté, mettent en péril les acquis obtenus grâce aux investissements publics (il y en a eu, effectivement, concernant la « rénovation urbaine ») mais aussi grâce aux associations, qui voient pourtant baisser leurs moyens… Nous, élus de la majorité municipale, unis au-delà de nos différences, sommes certains que La Seyne sortira plus forte de cette épreuve. Nous demandons à ce que l’Etat prenne toutes ses responsabilités, comme, depuis des années – par des économies drastiques, par les efforts réalisés par nos personnels municipaux -, notre commune et ses citoyens prennent les leurs.