Travaux place Loro : Une place haute du centre-ville « à l’italienne »

Lancement officiel de la deuxième phase du chantier de la place Loro par le maire Nathalie Bicais. Chantier ô combien emblématique pour le renouveau du centre-ville. Après 9 mois de travaux, elle deviendra une place « à l’Italienne », ouverte aux jeunes avec notamment le projet d’un « Open Mic » dans l’ancienne salle de la Criée.

Nathalie Bicais devant la chapelle des Maristes.

Après la démolition du mur, et quelques travaux de réseaux en juillet, la deuxième phase de travaux de la place Loro a débuté le 10 août dernier. Nathalie Bicais, maire de la ville, Dominique Baviera, adjoint de quartier centre, à la culture et à la promotion des traditions, et, Christophe Peurière, adjoint de quartier, ont « lancé » officiellement cette deuxième phase de travaux, qui devrait ouvrir cette place des Maristes sur le centre-ancien, valorisant ainsi une entrée de ville majeure. La place Loro sera donc fermée à la circulation jusqu’à la fin de l’année environ. La municipalité s’est engagée à limiter autant que possible l’impact de ces travaux sur les riverains et les commerçants.

« Après 9 mois de travaux cette place deviendra une place haute du centre-ville, une véritable place à l’Italienne » assure Nathalie Bicais.

Un chantier emblématique

Le maire a rappelé l’historique et les enjeux fondamentaux de ce chantier emblématique pour le centre-ville seynois : « Le projet était déjà dans les cartons d’Arthur Paecht. En 2004, la Sagem(*) a repris le dossier. En 2016, les discussions reprennent grâce aux financements de l’Agence nationale de rénovation urbaine dans le cadre du Nouveau programme de rénovation urbaine ».

Promotion du patrimoine

« Puis, poursuit le premier magistrat, il a fallu coordonner les phases de travaux avec l’Institut Sainte-Marie, afin de mettre en valeur ce patrimoine commun. Car c’est un des plus beaux bâtiments de la ville. Et enfin ! Nous arrivons à la phase travaux, qui est le fruit d’une convergence d’opportunités, avec ce financement de l’ANRU. Car la difficulté essentielle de ce dossier résidait dans son financement ».

Quatre platanes condamnés…

Après l’ouverture de la place grâce à la démolition du mur d’enceinte début août, c’est une requalification globale des sols et des végétaux qui débute. Mais hélas, ce chantier a réservé à la Ville sa première « mauvaise surprise ». Après expertise du Groupement de défense contre les organismes nuisibles des cultures, les qautre platanes manifestement infestés par le chancre coloré seront abattus. Et même si les préconisations sanitaires imposent l’abattage des autres arbres à une proximité de 35 mètres, Nathalie Bicais assure que « seuls les quatre arbres qui sont réellement et visiblement malades, seront abattus. Ils sont très anciens, les végétaux ont un cycle de vie aussi. Pour les autres, nous tenterons de les soigner plutôt que de les abattre. Mais quoi qu’il en soit, j’assure que pour chaque arbre abattu, nous en planterons au moins trois. Je participerai au choix des essences ».

Aussi, à partir du 17 août, l’abattage des qautre arbres infectés, côté boutique Laboroi sera effectué en urgence. Les souches seront traitées. Les cinq arbres les plus à proximité seront rabattus (élagués). Le fait que la zone est en travaux durant 9 mois va permettra une surveillance régulière de ces arbres potentiellement infectés.  A la moindre suspicion, ils seront abattus. 

Un espace ouvert pour la jeunesse et la musique

Pour la nouvelle municipalité, il s’agira de lancer sur cette place des grands projets. « Nous sommes exactement dans le cadre de ce que nous avons proposé aux Seynois lors de la campagne, avec cette place qui sera ouverte à la jeunesse et à la musique. Entre Beaussier et les Maristes, 350 gamins fréquentent chaque jour le centre-ville. Il faut leur donner des espaces. L’idée est de transformer la salle de la Criée en Open Mic(**) gérée par un service de la Ville. Des concerts pourront également avoir lieu dans la magnifique chapelle des Maristes. Cette chapelle que beaucoup de Seynois découvrent aujourd’hui ».

Pour les usagers du boulevard du 4 septembre, une déviation vers la rue Gounod a été mise en place. Cette déviation qui devrait durer 6 mois environ, impose l’inversion des sens de circulation des rues Clément-Daniel et Prat (voir plan d’accès ci-contre)

Ce chantier va entraîner quelques désagréments de circulation pour les riverains et les commerçants, mais également pour les élèves des Maristes, dont l’entrée et la sortie se fera par la rue Beaussier, dès la rentrée. Mais le résultat, dans quelques mois, sera à la hauteur des ambitions du centre-ville de la deuxième ville du Var.

sylvette.pierron@la-seyne.fr

(*) Promoteur et aménageur dans le Var – Politique de la Ville. La SAGEM est une SEM (Société d’économie mixte) qui aménage les communes, construit, commercialise des logements ou les loue, et gère des équipements

(*) Scène ouverte à tous.