Sacha Alessandrini : à toute vitesse

La sprinteuse seynoise est devenue triple championne de France junior du sprint, quelques jours après avoir signé une 4e place aux Mondiaux du 100m haies en Finlande.

C’est une sacrée pépite que La Seyne a découverte cet été sur les différentes pistes d’athlétisme hexagonales, et même européennes, grâce aux exploits répétés de Sacha Alessandrini. L’ancienne élève de l’école primaire Jean-Jacques Rousseau, puis des Maristes, a dominé les championnats de France junior d’athlétisme cet été. A Evry, la jeune Seynoise, âgée de 19 ans, s’adjuge un triplé historique dont une médaille d’or sur l’épreuve reine du 100 m. Pourtant, Sacha est avant tout une spécialiste des haies. C’est d’ailleurs dans cette discipline que quelques jours auparavant elle termine quatrième des championnats du Monde junior à Tampere (Finlande), derrière une Jamaïcaine et deux Américaines. Il lui a manqué quelques centimètres pour décrocher une médaille mondiale, chose somme toute logique compte tenu de la différence de gabarit.
Meilleurs chronos
Cela lui a suffit pour s’imposer aux championnats de France en étant tout près de ses meilleurs chronos. Tout d’abord sur 100m (11’71 »), puis sur les haies (13’24 ») avant de briller sur l’épreuve du relais avec ses consoeurs niçoises, puisqu’elle est licenciée au NiceClub Côte d’Azur. « Je me suis engagée là-bas il y a deux ans, mais je m’entraîne au pôle Espoir de Marseille avec Franck Né. J’y fais mes études de puéricultrice et m’entraîne tous les soirs. J’adore être sur la piste et voir que tout ce travail paye. Cela me donne encore plus de motivation ». Une discipline qu’elle pratique de six à 14 ans au CSMS, avant son départ au CREPS de Boulouris. Un bon choix finalement afin d’atteindre un jour le plus haut niveau. « Mes véritables objectifs sont une participation aux Jeux Olympiques de Paris en 2024. Je n’ai que ça en tête ». Elle aura alors 24 ans. En pleine force de l’âge. Un rêve qui peut devenir réalité pour la plus grande fierté de sa famille, qui réside toujours à La Seyne.

Sébastien Nicolas