Renouvellement urbain : le projet du centre-ville validé et financé

L‘Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine) l’a confirmé le 15 janvier dernier : la transformation du centre de La Seyne va s’opérer. coup d’envoi avec la requalification de la place Germain-Loro.

Le centre-ville de La Seyne figure bien parmi les 371 quartiers de France du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) validé par l’Anru. Ce, « avec une traduction budgétaire programmée dans la loi de finances 2020 », précise le maire, Marc Vuillemot (lire ci-après). Le programme de réaménagement du centre ancien, va donc être mis en œuvre, sachant, rappelle Marc Vuillemot, que « cela fait dix ans que nous travaillons sur le projet ». Un projet, qu’il présente comme « le projet cousin » de celui du centre-ville de Toulon, d’abord parce qu’il a été élaboré en cohérence avec celui-ci, et aussi parce qu’il est selon lui, comme il le fut pour Toulon, « le projet des 15 ans à venir ».

Le NPNRU « interviendra essentiellement sur trois dimensions, explique le maire : l’habitat, la structuration urbaine et les équipements, d’où découlera la redynamisation des commerces et des services ». Concernant l’habitat, le processus de réhabilitation a déjà été engagé par cinq opérations programmées d’amélioration de l’habitat (Opah et Opah-RU) successives, et le dispositif sera reconduit.

Faire reculer l’habitat indigne

Dans le même temps, des opérations de recyclage avec démolitions ou réhabilitations sont prévues suivant « une démarche centrée sur des îlots à traiter pour plus de visibilité », poursuit le maire (voir ci-dessous). « L’idée, dit-il, est de faire reculer l’habitat insalubre et indigne » tout en créant des conditions qui favoriseront la mixité sociale. On y trouve, une centaine de démolitions, 28 réhabilitations (logement social), plus de 80 créations de logements libres, et plus de 180 réhabilitations au titre de l’Anah (Agence nationale de l’habitat).

Quant à la dynamisation économique, c’est « un travail de longue haleine », reconnaît Marc Vuillemot. La Ville interviendra par le biais d’acquisitions de cellules et de baux commerciaux dans le but de requalifier les locaux, de proposer des surfaces adaptées à l’activité commerciale et de mieux maîtriser l’offre de commerces et de services. Pour cela une concession sera mise en place, intégrant un cabinet spécialisé dans le management des centres-villes.

Culture ouverte à tous

L’aménagement urbain, dont fait partie la réfection de la place Germain-Loro, s’opérera dans le sens d’une mobilité apaisée avec la poursuite du programme “Nature en ville”.

Enfin, en matière d’équipements publics : la crèche Josette- Vincent sera reconstruite sur son emplacement d’origine, l’École des Beaux-Arts, tout en se développant sur d’autres sites, partagera l’espace qu’elle occupe avec un centre social et culturel. La création d’un musée du numérique est également programmée. Ces équipements viendront ainsi en complément de la Maison de l’habitat, de la Maison du patrimoine et de la bibliothèque de théâtre Armand-Gatti, ce qui confortera le centre de La Seyne dans une thématique de culture ouverte à tous.

laurence.artaud@la-seyne.fr

41,5 millions d’euros consacrés au NPNRU

– Le projet global de requalification du centre de La Seyne implique un investissement évalué à 225 millions d’euros si l’on intègre toutes Les interventions prévues par La ville et la Métropole.

On peut citer par exemple : le tracé du TCSP (Transport en commun en site propre), la traversée du port avec report de la circulation, afin de faire en sorte que le site retrouve sa fonctionnalité de place urbaine, ainsi que les équipements.

– Ce montant global comprend 41,5 millions d’euros, à présent engagés pour le périmètre du NPNRU, dont :

• 20 millions financés par l’État (15 millions au titre de l’Anru, 5 millions pour prolonger l’Opah)

• 11 millions par la Métropole Toulon Provence Méditerranée

• 1,2 million par la Région

• 1,8 million par le Département

• 1,1 million par la Ville

L’enveloppe est complétée par un financement et des prêts de la Caisse des dépôts.

Les opérations seront conduites par îlots