Portraits de femmes à La Seyne

JUSQU’au samedi 5 décembre, La Seyne accueille le festival  »Portraits de femmes »au centre social Nelson Mandela.

Vingt-deux films originaires de 14 pays, beaucoup d’exclusivités et des sujets qui parlent à tous, jeunes ou moins jeunes… Cette fois encore, la programmation de Loutcha Dassa nous remuera, car ainsi est son regard, à la fois bienveillant et lucide, sur notre société. Cette quatorzième édition de  »Portraits de femmes » a pour titre  »Liberté, je crie ton nom ». Un thème inspiré par le film  »Mustang » du Turc Deniz Gamze Ergüven (qui sera projeté à l’Espace Comedia, le 21 novembre). Cinq sœurs, étouffées par le carcan familial, rêvent de liberté : «Le thème de cette édition m’est venu après avoir vu ce film. J’ai compris comment ces filles, en Turquie, criaient leur liberté et j’ai trouvé le titre. Dans les films que je choisis, on parle beaucoup de liberté et des femmes qui en sont privées». Comme par exemple, le film éthiopien  »Difret » de Zeresenay Mehari : «Hirut, jeune fille de 14 ans, est kidnappée sur le chemin de l’école selon une tradition ancestrale. Elle parvient à tuer son agresseur. Mais nous sommes en Ethiopie…» Un pays qui vit sous le joug des traditions patriarcales. Produit par Angelina Jolie, le long métrage s’appuie sur un fait réel qui a eu lieu en 1996. Projection vendredi 27 novembre au Six N’Etoiles de Six-Fours.

Le cinéma de Loutcha

Des femmes qui luttent, parfois pour leur survie, parfois pour leur liberté, souvent pour les deux… Loutcha Dassa est une militante, farouche défenseuse des Droits des femmes. Toute l’année, infatigable, elle court les festivals à la recherche de perles rares qu’elle offrira à ce public qui la suit depuis toujours. Plus exactement, depuis la création, en 2000, de l’association «Les Chantiers du Cinéma» dont elle est la présidente, et du festival cinématographique qui a suivi. Inlassablement, elle rend hommage aux femmes du monde entier et nous présente souvent des films qui n’ont jamais été distribués en France, tel  »Mikra Anglia » (la Petite Angleterre) du Grec Pantelis Voulgaris. Ce film lancera d’ailleurs le festival, au théâtre Liberté, à Toulon. Il sera projeté samedi 7 novembre à 20h30, après la conférence de presse, à 19 h.

Douze projections à La Seyne

Exit la salle Apollinaire qui revenait trop cher à la Ville. Cette année, c’est au Centre social et culturel Nelson Mandela que la majeure partie des films de la sélection seront projetés, dans une salle de spectacle rénovée. Ravie de ce nouveau lieu, Loutcha conseille d’amener son coussin afin d’être confortablement installé. Dans ce lieu convivial,  Serge Léger, le directeur du centre, l’attend avec plaisir. A La Seyne, malgré l’absence de cinéma, le public a toujours été très captif : «Il a une manière assez touchante de vivre ce festival et il est toujours très chaleureux». Lundi 30 novembre, après l’inauguration et le cocktail de bienvenue, à 19h, c’est le film  »Marie Heurtin » de Jean-Pierre Ameris, inspiré d’un fait réel, qui ouvre le bal seynois. Marie, 14 ans, est incapable de communiquer. Une religieuse va tout faire pour la sortir de sa nuit. On pourra également y voir, jeudi 3 décembre à 14h,  »Les Héritiers » de M.C Mention-Schaar. «C’est un film pour les scolaires. Il raconte l’histoire d’une prof qui veut faire passer un concours à sa classe la plus faible. Là-aussi le film est tiré d’une histoire vraie».

Des films engagés

Pendant un mois et 22 projections, le cinéma du monde sera amplement représenté : Grèce, Turquie, Suisse, Irlande, Brésil, France, Angleterre, Ethiopie, Allemagne, Espagne, Etats-unis, Israël, Slovénie (d’où peu de films sortent) et Canada. Quatorze pays qui nous alertent sur les inégalités et les injustices de tous ordres et principalement celles dont sont victimes les femmes. Et si tous les films sont excellents, Loutcha a ses petits coups de cœur, tel  »Peppermint frappé » de l’Espagnol Carlos Saura, (projeté dimanche 29 novembre à 19h au Royal, à Toulon). Lui aussi a sa propre histoire : «Ce film a été proposé en 1968 au festival de Cannes. Henri Langlois, alors directeur de la cinémathèque de Paris, avait été licencié. En signe de protestation, Carlos Saura s’est accroché au rideau pour empêcher la projection de son film». Plusieurs membres du jury avaient d’ailleurs démissionné, et des réalisateurs exigeaient que leurs films soient retirés de la compétition. Cette année-là, le conseil d’administration du festival clôt cette édition le dimanche 19 mai à 12h, sans remettre aucun prix. Depuis,  »Peppermint frappé » n’avait jamais été distribué en France, seulement en Espagne. Une chose est sûre, vu la programmation, ce 14ème Festival de cinéma sera à la hauteur des précédents. «Jamais je n’aurais cru que ça durerait aussi longtemps». Nous, oui.

chantal.campana@la-seyne.fr


Infos et programmation :
leschantiersducinema@wanadoo.fr
Tel : 04 94 09 05 31 (Loutcha)
ou    04 94 91 69 66 (Senka)

Le festival se déroule en 5 lieux différents : Toulon (Théâtre Liberté, Espace Comédia, Cinéma le Royal), La Seyne (Centre Nelson Mandela) et Six-Fours (Six N’Etoiles).

Programme du 14ème festival de cinéma ''Portraits de femmes"

Suite programme du 14ème festival de cinéma ''Portraits de femmes''

Difret de Zeresenay Mehari (Ethiopie). Vendredi 27 novembre à 20h30. Six N'Etoiles -Six-Fours. Hirut, jeune fille de 14 ans, est kidnappée sur le chemin de l'école selon une tradition ancestrale. Un long combat commence.

Le labyrinthe du silence de Julio Ricciarelli (Allemagne). Samedi 28 novembre à 20h30. Six N'Etoiles -Six-fours. L'un des coups de cœur de Loutcha. Allemagne 1958 : un jeune procureur découvre des pièces essentielles permettant l'ouverture d'un procès contre d'anciens SS.

L'ennemi de la classe de Rok Bicek (Slovénie). Vendredi 4 décembre à 14h. Centre Nelson Mandela -La Seyne-sur-Mer A l'arrivée de leur professeur principal remplaçant, des élèves mènent ouvertement la fronde. La tension monte.

Les héritiers de M.C Mention-Schaar (France). Jeudi 26 novembre à 14h. Six N'Etoiles -Six-fours et jeudi 3 décembre à 14h au Centre Nelson Mandela -La Seyne-sur-Mer Une prof décide de faire passer un concours à sa classe la plus faible. D'après une histoire vraie.

Marguerite et Julien de Valérie Donzelli (France). Vendredi 27 novembre à 18h. Six N'Etoiles -Six-fours. Véritable avant-première car le film ne sera pas encore sorti au cinéma. Julien et Marguerite s'aiment d'un amour tendre depuis leur enfance. Peu à peu, leur tendresse se mue...

Mustang de Deniz Gamze Ergüven (Turquie). Samedi 21 novembre à 20h30. Espace Comedia – Toulon En Turquie, cinq sœurs animées par un désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées.

Peppermint frappé de Carlos Saura (Espagne). Dimanche 29 novembre à 19h. Le Royal – Toulon Julien, radiologue, travaille dans l'isolement, seulement assisté par Ana, son infirmière.

Voyage en Chine de Zoltan Mayer (France). Soirée de clôture. Samedi 5 décembre à 20h30 - Centre Nelson Mandela -La Seyne-sur-Mer Liliane part en Chine pour la première fois de sa vie, afin de rapatrier le corps de son fils. Ce voyage va devenir un véritable voyage initiatique.