Promouvoir l’accessibilité de tous au sport

Dans le cadre de la Journée mondiale de la trisomie, trois élus de la majorité municipale ont travaillé de concert et ont mobilisé plusieurs services municipaux qui ont travaillé en transversalité, afin d’offrir une matinée de sports et de loisirs en plein air à des personnes porteuses de handicap mental

Sous le parrainage de la handballeuse professionnelle Marie-Paule Gnabouyou (en photo ci-contre), marraine de l’UFOLEP, et à l’occasion de le Journée mondiale de la trisomie, Sophie Montbarbon, adjointe déléguée à la santé, Valérie Guittienne, élue déléguée au handicap et Daniel Martinez, délégué aux sports ont souhaité organiser une matinée d’ateliers sportifs adaptés sur la pelouse du stade Raymond-Januzzi. Le 26 mars dernier, l’Union française des œuvres laïques d’éducation physique (Ufolep), en collaboration avec le service des sports, le service Santé et le Comité départemental du sport adapté, a mis en place différents stands de découverte de la danse, de la gym, et des sports collectifs. Un bilan d’aptitude et de condition sportive leur était également proposé.

Pour Valérie Guittienne, adjointe au handicap, « le sport est un vecteur de bien-être. C’est beau de voir comme ils s’éclatent aujourd’hui. La Ville est fière de s’associer à cette Journée. Il faut faire du handicap une force. Nous avons un bel exemple à La Seyne avec Valérie Hirschfield. Je remercie la handballeuse Marie-Paule Gnabouyou d’avoir passé cette belle matinée avec nous ».

C’est un travail en transversalité entre les différents services de la Ville qui a permis l’organisation de cette belle matinée de plein air. Mais au delà de la convivialité et du bon bol d’air pur pour les participants, il s’agissait également de les orienter sur des activités physiques auxquelles ils n’auraient peut-être jamais eu accès, ni même l’idée.

Pour Daniel Martinez, délégué aux sports, « l’ouverture au monde va dans les deux sens. C’est à nous de nous ouvrir ! De mélanger les publics et de changer notre regard sur le handicap. Il faut faire tomber les barrières. Ne plus parler de sport au féminin, de sport-handicap mais de sport tout court ! »

Sophie Montbarbon, adjointe au maire déléguée à la santé est satisfaite des liens créés entre les associations et les services de la Ville lors de cette matinée : « Les animateurs, très investis, ont réalisé un travail remarquable pour l’organisation de cette journée, œuvrant en totale transversalité ».