Pôle Emploi : des raisons d’espérer ?

Anticiper la reprise économique. Tel est le credo de l’agence locale de Pôle Emploi qui gère 5 700 demandeurs d’emploi de La Seyne, Saint-Mandrier et Ollioules. 

Ils sont 4 700 à La Seyne-sur-Mer, 700 à Ollioules et 300 à Saint-Mandrier. Le profil des demandeurs d’emploi présente une grande similitude. Et ce, quel que soit leur quartier. Le Directeur de Pôle Emploi, Francis Ferrier, nous livre en détails son enquête sur les besoins en main-d’œuvre : « A Berthe, au centre-ville comme dans les autres quartiers, 16 % des chômeurs sont des jeunes de moins de 25 ans ».

Principal atout du bassin seynois par rapport à Toulon, la multiplication des investissements privés générateurs d’emplois : « Leclerc a ouvert un drive, créant 24 emplois. Auchan de même, avec la galerie en sus. Le Casino Joa devrait à terme employer 125 personnes sur l’Esplanade marine. Et les seuls futurs restaurants des Ateliers mécaniques (Ndlr : Complexe cinématographique) devraient générer une cinquantaine d’emplois », poursuit Francis Ferrier.

Commerce vente, hôtellerie restauration, BTP et services à la personne sont les principaux secteurs employeurs : « Le BTP est dans une passe difficile, malgré les dernières commandes publiques du PRU de Berthe (démolition de trois tours au Germinal et construction du nouveau Centre culturel municipal Tisot). Tourisme oblige, les métiers saisonniers se maintiennent. Ils constituent la moitié des offres… ».

Apprentissage, contrats d’avenir et contrats de génération ont des succès divers selon les employeurs. La meilleure chance d’accéder à l’emploi demeure une bonne orientation et une préparation aux entretiens : « Deux conseillères sont spécialisées dans l’accompagnement intensif. Elles suivent chacune 25 personnes tous les trimestres. 12 retrouvent en moyenne un emploi », indique Francis Ferrier. A noter que le secteur médical (infirmier, aide-soignants…) recherche toujours autant de candidats.  

Gwendal Audran

 

L’exemple de Memphis Coffee

Pour former son équipe de 30 personnes, Aurélien Peralta, directeur de Memphis Coffee, a adopté la méthode de « recrutement par simulation », uniquement basée sur la motivation de la personne. Exit le CV amplement détaillé, place aux tests polyvalents. En partenariat avec le Pôle emploi de La Seyne-sur-Mer, qui a sélectionné les candidats,  cette entreprise a tenu à rencontrer toutes les personnes et à évaluer leur motivation. Un seul critère, qu’elles aient envie de travailler pour son enseigne. Une méthode qu’il n’a jamais eu à regretter.