Patrick Cova : homme de e.lettres

Gérant des éditions Parole depuis 2004, et fondateur d’Altermondo, une maison d’édition numérique et interactive, Patrick Cova construit des ponts entre le papier et le numérique.

C’est au 12 avenue Frédéric Mistral que Patrick Cova a installé sa maison d’édition Parole, fondée en 2004 à Artignosc-sur-Verdon. Spécialités de la maison : les romans, les nouvelles et les livres pour enfants d’auteurs locaux. « Puis le champ s’est élargi » se souvient- il. Bilan : une centaine de titres vendus partout en France. A l’orée du tout-numérique, Patrick Cova n’a pas vu la e.lecture comme un frein à l’édition. Bien au contraire. L’année dernière, revenu sur ses terres à La Seyne-sur-Mer, il fonde Altermondo, une maison d’édition numérique et interactive. But : dynamiser la lecture avec “le livre enrichi” et, mettre en place différents services à destination des auteurs. « On est des éleveurs de livres, plus que des éditeurs. On accompagne un livre tout au long de sa vie avec des happenings, des lectures et des spectacles ». Son projet pour la Ville : un agenda culturel interactif à venir prochainement.
Cet agenda vous permettra de connaître toute l’actualité culturelle. Jusque-là, rien de bien nouveau. « Mais sur ces pages interactives, explique- t-il, vous pourrez aussi réserver votre place, lire des interviews linkées des artistes ou des organisateurs, écouter des extraits des oeuvres, et découvrir, après l’événement, les reportages, photos et aftermovies ».

Nancy Huston le 7 mars à Joa
Autre projet et non des moindres, l’organisation le 7 mars au casino Joa d’une conférence vidéo avec l’écrivaine Nancy Huston dans le cadre de la semaine “Main de femme” à la librairie Charlemagne du 4 au 9 mars. Un peu plus tôt, le 14 février, toujours à la librairie Charlemagne de La Seyne-sur-Mer, Patrick Cova vous invite à découvrir un de ses auteurs, Pierre Michelleti, son parcours singulier, son histoire et son récit chaleureux. Dans les années 70, les musiciens ont fustigé la cassette qu’il pensaient nuisibles à leur art. Pour se rendre compte finalement que la cassette avait boosté les ventes de disques. Patrick Cova pense la même chose pour les livres. Et il a raison. Car comme dit l’adage, “qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse.”

sylvette.pierron@la-seyne.fr