« cantairitz dau dimècres »

L’enseignante, fidèle du Cercle Occitan, chante depuis vingt ans, et vient de sortir un CD avec le groupe féminin Marombrina.

Ai vacanças de Pascas, s’avètz mens de dotze ans, podretz anar escotar Patricia Jouve contar en provençau a la bibiliotèca Andrée Chédid, ambé sa colèga Caterina Nicodèmi. Mai fins qu’ara es subretot per sei cants qu’aqueu pielon dau Ceucle Occitan de la Seina s’es facha conéisser. Au començament de mars encara, a la glèisa de Berta, fasiá clantir de cants de fremas amb un de sei gropes, Marombrina. « Siam quatre que recampam de cançons d’a passat temps, dau Piemont o dau Lemosin, que dison la condicion feminina. E mai que d’una seriá d’actualitat, coma aquesta que nos parla dei fremas picadas ! » De cantar ne’s afogada despuei l’escòla normala, ont aquela anciana mestressa de mairala, trevava l’atalhier d’occitan dau cantaire Danieu Daumàs. « De cors que fasiá ambe sa guitara ». Ambé Marombrina vèn de sortir un segond CD, e quand lo grope fa pauseta, ela canta sus un projècte instrumentau, Largada, dau nom de la còla « ventosa » acampada per Miqueu Tornan ambé de musicians de tria. Elei tanben avián gravats un CD ben facturat en 2012. Ambé Miqueu Tornan, « fa ben vint ans que se trobam de cotria dins de gropes vocaus ! » aviá agut creat Escanceus, fa quauqueis ans. E encara lo duò vocau occitan Jòia. E, se cantar es un mejan de far conéisser la lenga de son país, es tanben per aquela que se ditz « cantairitz dau dimècres », un biais « de se levar l’ansia e d’escampar lei auvàris ». Deu anar fòrça, bòrd que la viatz sempre sorrire.

« Pintar, una quista »

« Siáu totjorn a pintar, de tota nistona. Mai fa vint ans, la beluga s’es alumada quand comencèri ambé l’aqüarèla ». Çò que cèrca aquela plasticiana, es de « sentir l’ambient d’un moment particular, e de veire ma ciutat d’una maniera desconeissuda ». Quand ausètz coma agacha l’amolonament de cubes que fòrman leis ostalets de la riba de mar per i veire de conteneires marins, s’entend clar qu’a un biais originau, Patricia Jouve. Ansin per ela, « cantar es escampar de totei leis auvaris, pintar es un biais de cercar a cha pauc un camin dins la vida ».

Les mots qui comptent :

Afogada = passionnée (litt. « enflammée »)

Ansia = anxiété

clantir = retentir

fremas picadas = femmes battues

Largada = vent du large

de tria = de qualité

Patricia Jouve « chanteuse du mercredi»

Aux vacances de Pâques, si vous avez moins de douze ans, vous pourrez aller écouter Patricia Jouve conter en provençal à la médiathèque André Chédid, avec sa collègue Catherine Nicodèmi. Mais jusqu’à présent c’est surtout pour leurs chants que ces fidèles du Cèrcle Occitan de la Seyne se sont faits connaitre. Au début mars encore, à l’église de Berthe, ils faisaient résonner des chants de femmes sous le nom d’un de leurs groupes: Marombrine. « Nous sommes quatre qui rassemblons des chansons anciennes, depuis le Piemont ou le Limousin, qui disent la condition féminine. Plusieurs seraient d’actualité, comme celle qui nous parle des femmes battues! »

Chanter, cela la passionne depuis l’Ecole Normale, où cette ancienne institutrice d’école maternelle fréquentait l’atelier d’occitan du chanteur Daniel Daumas.  » Des cours qu’il faisait avec sa guitare ». Avec Marombrine, elle vient de sortir un second CD, et quand le groupe fait une pause, elle chante dans un projet instrumental, Largada, du nom de l’équipe « ventée » réunie par Michel Tournan avec des musiciens de choix. Eux aussi avaient enregistré un CD bien fait en 2012. Avec Michel Tournan, « ça fait bien 20 ans que nous nous retrouvons dans des formations vocales ! » Il avait créé Escancèus, il y a quelques années. Et encore le duo vocal occitan Jòia. Et, si chanter est un moyen de faire connaître la langue de son pays, c’est aussi pour celle qui se dit « chanteuse du mercredi », une façon  » d’évacuer le stress et d’éviter les dangers ». Ça doit aller très bien quand vous voyez son sourire permanent.

« Peindre, une quête »

« Je suis toujours en train de peindre, et cela depuis toute petite. Mais c’est il y a vingt ans, que l’étincelle c’est vraiment allumée quand j’ai commencé avec l’aquarelle. » Ce que recherche cette plasticienne, c’est de « sentir l’ambiance d’un moment particulier, et de porter un regard sur ma cité d’une façon inaccoutumée ». Quand vous entendez comment elle observe l’entassement de cubes que forment les villas du bord de mer pour y voir des containers, on comprend clairement qu’elle a son originalité Patricia Jouve. Pour elle, en effet, « chanter c’est éviter tous les dangers, peindre c’est une manière de chercher petit à petit une chemin dans la vie.».