Marc Vuillemot a bon espoir

Le maire de La Seyne a été reçu par le chef du gouvernement ce mardi 18 septembre. Il revient de Matignon avec le sentiment d’avoir été entendu.

« Je ne reviens certes pas de Paris avec dans mon cartable quelques dizaines de policiers, d’éducateurs de rue, d’enseignants, de caméras, de moyens logistiques, ou le chéquier d’un compte en banque bien garni permettant de redynamiser les services communaux et les associations faisant œuvre de prévention ou d’engager une nouvelle phase de démolitions d’immeubles où s’enkystent les trafics. » Ceci étant posé, le maire de La Seyne sort de son audience à Matignon avec le sentiment d’avoir reçu « écoute attentive »*.

Marc Vuillemot a en effet pu exposer hier, mardi 18 septembre, directement à Édouard Philippe, « les demandes [qu’il] formule depuis des mois pour tenter d’enrayer et éradiquer la délinquance criminelle qui s’installe depuis deux ans dans les quartiers populaires urbains de La Seyne et de la métropole toulonnaise ». Or il rapporte que le Premier ministre « a en retour ouvert des pistes », y répondant « au moins pour partie ». Notamment dans « son intention de répondre aux besoins de ressources humaines supplémentaires pour la police, de vidéosurveillance, de médiation urbaine, de prévention par l’éducation, et d’une sorte de « saison supplémentaire » de la rénovation urbaine, permettant de mener à bien des opérations telles que, par exemple, la démolition de la fameuse « tour du Gère » où le trafic violent est gravement ancré ».

Sauf qu’il y a urgence. Mais Marc Vuillemot « pense » que le Premier ministre « le mesure » aussi.

laurence.artaud@la-seyne.fr

*Le propos intégral du maire est à lire sur son blog

(Crédit photographie extérieure : Philippe Dobrowolska)