Maman, brasseuse et prof : les trois vies d’Emilie Doneddu

En cherchant qui était la brasserie de Pépiole qui sponsorise les Vendredis de Bourradet, on a découvert une femme active et visionnaire. Elle brasse une bière locale aux accents très féminins et mène sa vie de maman, d’épouse de caviste, et de prof en hôtellerie. Rencontre avec émilie Donnedu

La brasserie est située au 2005 avenue Kennedy, à Six-Fours, non loin de la chapelle de Pépiole, au sous-sol de la cave de son mari, Fabrice. Les amateurs de bons vins et spiritueux de la région connaissent bien cette adresse, et apprécient surtout les conseils du caviste. « Nos prix ne sont pas plus chers qu’en supermarché » assure Fabrice. Ce passionné de bons breuvages et sa femme Emilie, ont découvert ce grand local des Playes en 2015. Ils ont alors vendu leur cave dans le centre-ville de Sanary-sur-Mer pour pouvoir développer leur affaire. 

Quatre « Binouze Girls » so sexy

« En allant voir les vignerons pour la cave, raconte Emilie, beaucoup nous assuraient qu’ils allaient cultiver du houblon pour diversifier leurs cultures. Avec cet espace en sous-sol de la cave, je me suis dit que ce serait une bonne idée de brasser notre propre bière ». A Rians par exemple, nous travaillons avec le Domaine de la Réaltière. »

En novembre 2018, Emilie brasse donc ses premières bières au sous-sol de la cave de son mari. Comme le vocabulaire de la bière est très féminin, et qu’elle est une brasseuse, elle décide de créer une mascotte très sexy : un personnage très « american superhero » : la « Binouze Girl ». Cette sublime créature est tantôt rousse pour la bière ambrée, blonde platine pour la blanche, brune pour la brune et, évidemment, blonde pour la blonde. « C’est un graphiste de grand talent, Lionel Pigaglio qui a créé la Binouze Girl. Mais avant cela, pour pouvoir brasser, j’ai suivi une formation à Saint-Raphaël, la Brasserie de l’Estérel. »

Passionnés de musique

Sa Binouze Girl blanche est spéciale. Elle est brassée pour moitié avec du houblon et, pour l’autre moitié avec du pain. Du pain invendu qu’elle récupère grâce à la participation de la Boulangerie de Margot à Hyères. « Ce qui me permet de reverser la somme du houblon que, du coup je n’achète pas, à une association : « Musique et Santé » qui intervient en jouant de la musique en live dans les hôpitaux. » explique Emilie. 

La musique est l’autre passion du couple. « C’est pour ça qu’on a voulu sponsoriser les Vendredis de Bourradet » poursuit Emilie qui, quand elle ne brasse pas et qu’elle ne s’occupe pas de sa fille, est professeure en hôtellerie au lycée Albert Camus de Fréjus. Le 25 juillet, c’est à Hyères justement pour « La nuit de la bière artisanale » qu’elle représentait officiellement les six bières de sa production : les quatre créations des « Binouze girls » et les deux autres : une à la bruyère et, une autre, au miel (des créations sur commande de deux épiceries fines). « Vous savez, avant la seconde Guerre, raconte Emilie, il y avait des brasseries partout en France. Et c’était souvent les femmes qui brassaient d’ailleurs, ce savoir-faire féminin ne doit pas se perdre ».

Alors, si vous aimez le bon vin, la bonne bière et surtout les consommer avec la modération qui s’impose, rendez-vous à Impression de Vins au 2005 avenue Kennedy à Six-Fours. La rencontre avec ce couple de passionnés ne vous laissera pas indifférent. Avis aux amateurs !

sylvette.pierron@la-seyne.fr