La transmission de la mémoire des chantiers chevillée au cœur

Le Centre de ressources de la construction navale (CRCN) a tenu son assemblée générale ce jeudi 7 février. L’occasion de mesurer l’ampleur et l’utilité du travail accompli par cette association créée il y a 10 ans.

Ce jeudi soir à la Maison du patrimoine, en guise de conclusion de l’assemblée générale du Centre de ressources de la construction navale (CRCN), Jean-Claude Guisti, président de l’association, a égrené trois chiffres : « 30 – 10 – 6 – (qui ne sont pas les numéros du loto) ».

« 30 », parce qu’il y a trente ans, le 28 février 1989, les chantiers fermaient définitivement. Or, se souvient-il : « Il aura fallu vingt ans pour que les émotions s’apaisent. » Ce qui nous emmène à 2009, date de la création du CRCN à l’initiative de Yolande Gallo, Francis Lyon et Louis Vaïsse. « 10 », explique-t-il, correspond donc « à l’âge de notre association ». Et « 6 », au nombre d’années sous sa présidence, un « honneur » pour lui. Le CRCN compte actuellement une soixantaine d’adhérents « qui ne sont pas uniquement des anciens du chantiers » : « Il y a aussi des gens intéressés par l’histoire de la ville et de son patrimoine », la porte étant ouverte à tous.

Des trésors sauvegardés pour l’Histoire

« Cela fait dix ans que nous nous efforçons de remplir cette mission : la transmission de cette mémoire qui nous tient à cœur », rappelle donc Jean-Claude Guisti. Si la vocation du CRCN tient en une phrase, elle se décline en de nombreuses actions : de sa participation aux classes de la navale (avec l’Amians*) – qui auront permis, en 2018, de rencontrer 600 écoliers seynois -, à la collecte de tous les documents, écrits, sonores, photos… et d’objets liés à l’histoire des chantiers.

« Nous avons une certaine expérience, nous la transmettons verbalement, et nous avons aussi une vocation de conservation », rappelle le président. Dans le cadre de cette dernière mission, « et pour ne pas que tout ça se perde une nouvelle fois », le CRCN a signé une convention de partenariat avec la Ville. Les « trésors » recueillis sont ainsi versés aux Archives municipales. Le CRCN, qui fait désormais partie du comité consultatif de la vie associative, a encore à son actif en 2018 : l’organisation d’expositions, la réalisation d’un « dictionnaire des militants », une participation à un film documentaire… Et la liste n’est pas exhaustive.

Jeudi soir, la conseillère municipale déléguée au patrimoine, Florence Cyrulnik, a ainsi salué une « parfaite dynamique », un travail « extrêmement intéressant » pour « un résultat très gratifiant ». « On a beaucoup de chance de vous avoir », a déclaré la première adjointe Raphaële Leguen aux adhérents qui, selon, elle, « réalisent un vrai état des lieux ». L’élue s’avoue « éblouie par tout ce bénévolat pour entretenir la mémoire et valoriser le patrimoine historique de La Seyne ».

laurence.artaud@la-seyne.fr

*Association de maintien des intérêts aux anciens de la navale de La Seyne

Le CRCN tient sa permanence tous les vendredis matins (sauf pendant les vacances scolaires) à la Maison du Patrimoine (2 Rue Denfert Rochereau). Tél : 04 94 06 96 64. Plus d’infos sur le site Internet de l’association : crcn-laseyne.ouvaton.org

Partenariat avec HPS

Le CRCN et l’association Histoire et patrimoine seynois (HPS) ont conjointement édité une brochure, « L’école des apprentis des chantiers navals », à partir de l’exposition « Être apprenti aux chantiers navals, une chance ? ».

Disponible à la Maison du patrimoine au prix de 3 euros.