« La terreur de vivre », par José Lenzini

Longtemps chef d’agence de Var-Matin à La Seyne, et actuel rédacteur en chef de TV83, José Lenzini a écrit de nombreux ouvrages sur Albert Camus. Il nous replonge dans les années 50, outre-Atlantique cette fois-ci, avec la destinée légendaire de James Dean.

Il y a 60 ans, James Dean se tuait dans un accident de voiture. Il avait 24 ans, venait de terminer le tournage de son troisième film, « Géant », éclipsant les plus grands acteurs consacrés de l’époque. Toute une jeunesse s’identifiait immédiatement à ce rebelle qui exprimait sa fureur de vivre dans un précédent film où il incarnait un adolescent indomptable et fragile, en rupture avec sa famille et avec la société.

Symbole de la liberté, jean, rock, refus des contraintes, José Lenzini se plaît à rappeler une époque pas si lointaine. Celle du champ des possibles, de la subversion, où, dans l’Algérie de son enfance, l’Amérique et ses icônes constituait quelque part un échappatoire à la folie des hommes. Cent pages de plongée, fouillée et documentée, dans une époque qui nous paraît si rassurante. Aujourd’hui encore…

G.A.

« La Terreur de vivre », aux éditions Sudarenes.

Infos : www.sudarenes.com