La salle Aillaud fait peau neuve

Un trésor patrimonial du centre-ville, la salle de la philharmonique la seynoise, a été rénovée par l’association, à l’aide d’un financement participatif sur internet et un apport de la ville.

«  Nous souhaitions au départ nous limiter à une réfection des peintures, avec un devis s’élevant à 52 000 euros. Mais très vite, la nécessaire mise aux normes d’un bâtiment accueillant du public a porté ce dernier à 80 000 euros ». Président de la Philharmonique La Seynoise depuis deux ans et demi, Frédéric Denoyer évoque une deuxième naissance. Celle de la salle Aillaud : « Notre apport, patiemment constitué par mes prédécesseurs (NDLR : Jean Arèse, fut notamment président de la Philharmonique de 1992 à 2017), était de 40 000 euros. La Ville, qui dispose de la salle dix journées dans l’année, nous a aidés à hauteur de 26 000 euros. Il manquait donc 14 000 euros ». Nous sommes alors en décembre 2018. Le service Vie associative* convie en mairie la plateforme “Hello Asso” pour une conférence sur le financement participatif sur Internet : « Contrairement à d’autres plateformes de crowfunding, cette dernière avait pour (gros) avantage de redistribuer les promesses de dons, quelle que soit la somme atteinte. Et nous avons de toute façon récolté 15 020 euros », se félicite Frédéric Denoyer, avant de saluer le trésorier, Denis Argoux, maître d’oeuvre de l’opération : « Il a contacté plus d’une douzaine d’entreprises pour effectuer les devis. Et il a supervisé le chantier tout le mois de décembre 2019 ».

Mise aux normes

Résultat, une salle entièrement insonorisée, équipée de portes coupe-feu et d’une climatisation réversible : «C’est le jour et la nuit. Il n’y a plus d’échos. L’éclairage est modulable. Aux beaux-jours, nous pourrons répéter fenêtres fermées. Mais aussi, louer la salle hors répétition (voir par ailleurs) ».

Patrimoine seynois
L’aspect patrimonial n’a pas été oublié : les deux fresques encadrant la scène sont valorisées par la réfection des murs et les candélabres, réalisés à l’époque par les tuyauteurs des chantiers, ont été réinstallés sur les cloisons isolées. « Il reste bien notre rideau de scène, d’époque, qu’il faudrait rénover. Je lance un appel aux spécialistes du genre ». Dimanche 8 mars, la Philharmonique devait se produire au Casino Joa. Objectif, récolter 5 000 euros et acquérir 140 fauteuils, pour parfaire l’installation dans la salle.

gwendal.audran@la-seyne.fr

* Via le CRDVA (Centre de Ressources Départemental de la Vie Associative) de Toulon

Toute la semaine, des répétitions

La salle Aillaud accueille le lundi soir l’orchestre Cacophonix, le mardi matin le duo guitares et mandolines puis le groupe traditionnel Traou Mad (notre photo), le mercredi soir l’ensemble de guitares, le jeudi soir l’orchestre de chambre puis l’orchestre de la Philharmonique, le samedi matin les acteurs de l’opérette et le dimanche matin les musiciens de l’opérette.

+ d’infos : harmonielaseynoise.free.fr

Née dans les Années folles

La salle Aillaud est construite en 1922, durant les Années folles au 7 rue Charles-Gounod. Elle devient également le siège officiel de la Philharmonique La Seynoise, plus ancienne association de la ville, fondée en 1840. La façade est surmontée d’une lyre avec la date de la création de la société. La salle Aillaud porte le nom de l’ancien président de l’association Philharmonique, Marius Aillaud (ci-dessus). C’est notamment grâce à lui que vient l’initiative de construire une salle pour les musiciens, désireux d’avoir un lieu à eux pour pouvoir répéter et faire de la musique sans gêner les autres.

Sophie Defranchi d’après le site de Jean-Claude Autran