La disparition de Jean Passaglia  

L’ancien adjoint et sportif Jean Passaglia nous a quittés ce vendredi 1er mai 2020, à l’âge de 94 ans. La réaction de Marc Vuillemot, Maire de La Seyne-sur-Mer, Vice-président de Toulon Provence Méditerranée.

« Il aurait eu 95 ans à l’automne. Notre ami Jeannot Passaglia s’en est allé au petit matin de ce 1er mai. C’est une figure du monde ouvrier, politique, municipal, sportif, éducatif et culturel seynois dont le départ inattendu, tant les innombrables Seynois qui le connaissaient le croyaient tous invincible, va laisser un vide immense.

Malgré son grand âge, tant d’acteurs de la vie locale, publique comme associative, avaient à cœur d’être à l’écoute de ses analyses avisées, jusqu’à ces dernières semaines. Et lui ne se privait pas de devancer les attentes d’avis ni de formuler, souvent avec tact, au moment opportun, dans le respect de l’humain qui lui faisait face, mais parfois aussi sans s’embarrasser de trop de précautions, les mots utiles de son jugement, et sans les mâcher quant à leur fond. 

Il faudrait de nombreuses pages pour narrer la vie de ce Seynois hors du commun, jeune chaudronnier, fils d’immigré italien, attaché depuis 70 ans aux valeurs communistes qui l’ont guidé, sportif de haut niveau, promoteur du sport pour tous, élu municipal, en fonction d’adjoint à l’éducation, à la culture, aux sports, pendant 45 ans, de 1950 à 1995, fondateur de nos écoles municipales des sports, mais aussi de notre école municipale des Beaux-Arts, de notre école municipale de musique, innovateur dans le partenariat entre service public et monde associatif, bâtisseur d’une vingtaine de nos écoles, et de milliers de logements sociaux. Et la liste serait très longue des réalisations qui ont fleuri sous ses mandats. Nous l’avons honoré de son vivant en donnant son nom, en sa présence et celle de nombre de ses amis, l’an dernier à un important complexe sportif seynois.

Jeannot nous quitte pour toujours, ironie du calendrier, en ce jour de fête internationale du travail. Les circonstances sanitaires du moment ne nous permettront pas de lui rendre, à l’occasion de ses obsèques qui devront se dérouler dans l’intimité familiale, l’hommage qui lui est dû. Mais ce sera l’un de nos premiers rendez-vous lorsque l’état sanitaire du pays le permettra.

À Annette, son épouse à ses côtés depuis de près de 70 ans, à mes copains Denis et Serge, ses jumeaux, à Annie et Nicole, ses brus, et à leurs familles, je pense pouvoir assurer que La Seyne tout entière témoigne avec émotion d’une très sincère et affectueuse compassion ».