Hugo Gonzalez-Pioli au cinéma

A 26 ans, le musicien seynois Hugo Gonzalez-Pioli poursuit à Paris, une belle carrière d’arrangeur, compositeur de musiques additionnelles et chef d’orchestre.

Il est loin le temps où à 7 ans, le jeune Hugo apprenait le solfège et la trompette à l’école de musique municipale (qui fêtera bientôt ses 50 ans). Titulaire d’un master en composition de musique à l’image, obtenu à l’University of Southern California (USC) d’où il est sorti major de promotion, Hugo Gonzalez-Pioli s’est fait un nom dans le monde fermé des compositeurs de musiques de films : «Il faut faire ses preuves, ça prend un peu de temps, mais après, on est sollicité». Ainsi a-t-il signé la bande originale du film Arrête ton cinéma ! de Diane Kurys, sorti le 13 janvier dernier. «C’est Armand Amar, César de la meilleure musique de film pour Le Concert, en 2010, avec lequel je travaille depuis 2 ans, qui m’a permis de réaliser ce projet». En collaboration avec lui, Huguo a composé les musiques additionnelles de nombreux longs-métrages : 24 jours, Les caricaturistes, L’odeur de la mandarine, Le promeneur d’oiseau, Belle et Sébastien 2, Human... ainsi que les séries TV, Jusqu’au dernier et Une chance de trop.

Une carrière bien menée
Parti à Los Angeles en 2011, le jeune homme y est resté un an ½, puis a fait le choix de s’installer à Paris pour sa carrière : «Mais je n’ai pas abandonné mes contacts. J’y suis retourné en 2013 car l’une de mes compositions était jouée par l’Orchestre de chambre de LA». En ce moment, le compositeur travaille sur La Main du Mal, la série policière de TF1, avec Joey Starr. Que de chemin parcouru depuis sa première composition à 15 ans, à la Philharmonique La Seynoise, dirigée par Jean Arèse ! «C’est quelqu’un d’important dans mon parcours musical. C’est grâce à lui si je fais ce métier, ainsi qu’à mes parents, et je suis conscient de la chance que j’ai». Le compositeur continue de collaborer avec l’Opéra de Toulon. Outre la mise en musique de deux courts-métrages muets de Charlie Chaplin Easystreet et The Cure, il dirige les longs-métrages Les lumières de la ville et The Kid en ciné-concert. «Je garde en moi la passion». On le croit !

chantal.campana@la-seyne.fr

Article consacré à Hugo Gonzalez-Pioli dans le Seynois n°37 de novembre 2012