Habitat : deux réhabilitations exemplaires

Deux nouveaux immeubles ont été réhabilités dans le cadre de l’Opah-RU, rue Denfert-Rochereau. Sept logements vacants remis à neuf ont ainsi été proposés à la location ce printemps.

Les immeubles sis au 9 et au 35 de la rue Denfert- Rochereau étaient à ce point dégradés qu’ils étaient frappés d’arrêtés de péril depuis au moins 10 ans. Dans les deux cas, ce sont deux jeunes propriétaires, Thomas Santune et Sébastien Martinez (lire son témoignage ci-après) qui ont choisi d’investir dans le centre-ville de La Seyne-sur-Mer, afin de les remettre à neuf, s’engageant ainsi dans d’énormes travaux. Des gros chantiers que tous deux ont pu réaliser dans le cadre de l’Opah-RU (Opération programmée d’amélioration de l’habitat et de renouvellement urbain). Le dispositif leur a en effet permis d’obtenir des financements – de l’Anah (Agence nationale de l’habitat), de la Région, du Département de la Métropole et de la Commune (à savoir jusqu’à 59 % pour l’un, 47 % pour l’autre du montant des travaux) -, mais aussi de bénéficier d’une assistance technique gratuite par la Sagep (Société d’aménagement et de gestion publique) pour monter leurs projets respectifs.

Et ils auront droit, pendant 9 ans, à un abattement fiscal de 60 % sur les revenus locatifs issus de ces appartements, obligatoirement mis sur le marché, durant ce temps, avec des loyers maîtrisés (sociaux et très sociaux). Car grâce à ces deux seules opérations, sept logements neufs, auparavant vacants, ont d’ores et déjà trouvé locataires, lesquels bénéficieront de l’APL (Aide personnalisée au logement) par convention.

Une centaine de logements réhabilités

« On a tendance à voir ce qui ne va pas car c’est un travail lent, mais [en termes de réhabilitation du bâti] beaucoup de choses ont été réalisées au fil des années », fait observer Jean-Luc Bruno, adjoint de quartier Centre et Est de la ville. Cependant, ajoute-t-il : « Il est nécessaire d’avoir une réflexion globale qui ne s’appuie pas seulement sur l’habitat, en intégrant d’autres aspects comme la culture, l’animation… » C’est bien ce qui est prévu dans le cadre du futur NPNRU (projet de rénovation urbaine du centre-ville) qui prendra aussi en considération la mobilité, l’économie…

Concernant le volet habitat, l’Opah-RU a permis, entre 2012 et 2018, de réhabiliter une centaine de logements, dont 71 après des travaux très lourds. Sachant que les critères de qualité requis, notamment en termes de performance énergétique (double vitrage, isolation, chauffage…), sont les mêmes que pour des logements neufs. « 80% des dossiers que nous suivons font sortir les logements de l’indignité », souligne Agathe Savary, co-directrice adjointe de la Sagep.

Une nouvelle Opah-RU sera lancée cette année 2019*.

laurence.artaud@la-seyne.fr

*Renseignements : Maison de l’Habitat, 1 rue de la République. Tél. 04 94 06 90 01

Visite guidée avec le propriétaire du 35, rue Denfert-Rochereau

Sébastien Martinez n’est pas seulement le champion de France de mémoire 2015. Le Seynois mise aussi sur sa ville. Il a en effet acheté et réhabilité tout un immeuble dans le centre ancien. « Sans le dispositif de l’Opah-RU, nous n’aurions pas pu réussir ce projet. Nous avons eu toutes les aides nécessaires pour la réalisation des travaux », affirme-t-il.

« Les travaux se sont très bien passés, c’est mon père qui s’est occupé de la partie technique, raconte le propriétaire. Nous avons eu un très bon encadrement, grâce à la Sagep qui nous a aidé dans nos différentes démarches, tout au long du projet. »

Cette maison vacante, qui date de plusieurs années, a ainsi été réhabilitée en trois beaux logements avec des parties communes.

Florence Cyrulnik, conseillère municipale déléguée au patrimoine, insiste sur les différents avantages pour le propriétaire et ses futurs locataires : « Les logements sont confortables, sécurisés et peu consommateur d’énergie. Les loyers sont plafonnés pendant 9 ans pour les locataires et le propriétaire bénéficie d’une défiscalisation de 60% des revenus locatifs pendant ce temps. C’est une valorisation du patrimoine. »

Ces nouveaux logements devaient mis en location dès la fin de ce mois de mai 2019, prévoyait le propriétaire.

Texte et photos : Mariam Traoré

L'une des facades du 35, rue Denfert-Rochereau