Expo Fabien Rap Azou : Viens voir dans ses yeux !

Fabien Rap Azou connu sur la planète Graff sous le nom de Rap2122, expose ses oeuvres dans son atelier du 5 bis rue Kleber jusqu’au 12 octobre. Intitulée « Viens voir dans mes yeux » l’expo sera inaugurée jeudi 4 octobre à 18h

Ses photos ont illustré un Voyage sonore de France culture intitulé La ligne fantôme. L’artiste a aussi prêté sa voix pour ce voyage sonore. Mais il est aussi et surtout graffeur, sous le nom bien connu de Rap2122. Après des années et des années à arpenter et peindre les chemins de fers, tunnels, dépôts et rues. Rap 2122, légende vivante du graffiti parisien (voir des photos ci-dessous prises à Paris au début des années 90), entamait une démarche autodidacte et remarquable d’un travail d’archivage de graffiti et tout ce qui englobe la discipline. Arrivé à La Seyne-sur-Mer il y a un an, il a décidé d’organiser une exposition chez lui, dans son atelier de la rue Kleber, afin de partager sa peinture, son oeil sur Paris et, ses trains, avec les Seynois. Car c’est après des années passées à Paris, dans un univers très urbain, qu’il a souhaité de déplacer, changer de vie, et donner un nouveau tournant à sa vie d’artiste, avec la photographie et la peinture… sur toile cette fois. « J’ai voulu mettre fin à ma période clandestine. En 2005, quand j’ai quitté Paris, j’ai fait mes premières toiles, à la campagne. J’ai eu la chance de pouvoir exposer tout de suite ».

Larissa Kikol est auteure et critique d’art allemande, voilà ce qu’elle a écrit sur Fabien Rap Azou et son oeuvre : « Fabien Rap Azou porte sur lui-même un regard sur une première et longue carrière. Durant plus d’une décennie, le Grand Paris était son terrain de jeux d’aventure artistique qui a fait de lui l’un des protagonistes du Graffiti européen. A partir de là, il développa notamment une archive photographique impressionnante qui ne documentait pas seulement son travail et son environnement immédiat, mais aussi le paysage sub-urbain. La photographie lui a aiguisé le regard et son intérêt pour la composition d’une image qui se manifeste aujourd’hui dans sa peinture.

Dans son atelier, il passe de ses lettres majuscules posées dans l’espace public, à des formats plus confidentiels. Les dessins au feutre sur papier, remplis jusqu’au bord, se construisent densément à partir de hachures, dans un mouvement de va-et-vient aussi bien horizontal que vertical, semblable à celui effectué avec la bombe de peinture.

On observe dans ses collages géométriques, construits par découpage, un geste opposé. Ici, se pose la surface contre la surface – un souvenir schématique des wagons, qu’ils soient peints ou non. Les peintures, et de manière plus générale, son travail d’atelier, m’évoquent l’énergie et la fugacité de la peinture circulant sur un train dans un effet cinétique. Son travail actuel a acquis l’indépendance mais reste emprunt de toute cette expérience de peinture sauvage. »

Il vous attend jusqu’au 12 octobre et plus encore demain soir, jeudi 4 octobre à 18h pour le vernissage.

sylvette.pierron@la-seyne.fr

"Viens voir dans mes yeux" : son travail sur toile

Parcours : un film sur les années Graffiti dans le métro parisien

Une de ses photos ayant servi d'illustration à un voyage sonore de France Culture : "la ligne fantôme"

Rap 2122 au débit des années 90

Fabien Rap Azou dans les années 90

Une de ses oeuvres sur toile

Sur toile

Dans les rues de Paris