Evacuation d’épaves au Lazaret : La Marine Nationale au côté de la Ville

Le 16 décembre, une nouvelle épave a été mise à sec en présence de madame le maire Nathalie Bicais et de Christine Sinquin, adjointe à l’environnement. Un partenariat entre la Préfecture Maritime de la Méditerranée et la Ville qui doit monter en puissance, pour d’autres évacuations d’épaves à compter de mars prochain dans notre rade.

A chaque épave son défi technique. Ce matin, les militaires du GPD* devaient sortir un voilier de 8 mètres, rossé sur les enrochements non loin du port du Manteau. « Il s’agit d’éviter la dislocation de la coque. Pour cela, plongeurs et grutier doivent agir de concert. On troue la cale pour qu’elle se vide avant la levée », témoigne un membre du GPD.

Présente lors de l’opération, madame le maire a chaleureusement remercié la Marine Nationale avant de rappeler s’être entretenue avec le Préfet maritime pour renforcer le partenariat avec la Ville : « Je lui ai exposé notre schéma global de mise en valeur du littoral. La reconquête de nos 27 km de côtes passe aussi par le nettoyage de nos baies », note Nathalie Bicais.

En toile de fond, des bateaux mal amarrés, pour la plupart non assurés, ce qui complique les procédures administratives à leur échouage : « La DDTM 83 doit prendre ses responsabilités et verbaliser les plaisanciers indélicats. Ce n’est pas à la collectivité de prendre en charge les évacuations et le recyclage », souligne-t-elle.

Car les coques polyesters sont transportées sur la Zone d’activités du Camp-Laurent à l’entreprise ReborNH sur un camion loué par la Ville à Foselev. Le site, spécialisé dans la déconstruction navale et le recyclage des bateaux de plaisance, accueille chaque année une cinquantaine d’épaves issues de Martigues à Cannes.

* Groupement des plongeurs démineurs Méditerranée. Basée à terre sous l’autorité du CECMED (commandant en chef pour la Méditerranée), cette unité dispose de bateaux de surface et de camions de déminage afin de sécuriser les voies maritimes.