Entre guitarras, tamborins e cants wòlof

Le concert annuel de Saint-Jean de Berthe a réuni gens et genres différents pour un concert enthousiasmant le 17 mars dernier.

« Amplifiquem e mesclem ! que fau durbir a d’autres… » Es lo credo de Frederic Denoyer, baile de la còla de guitarras seinencas, l’Acadèmia de Guitarra, una dotzena d’amators menats per aquel òme, que coneissètz per president de la Filarmonica La Seynoise despuei 2017.

E dimenge 17 de març a desplegat lo repertòri e la varietat dei musicians a la Glèisa Sant Joan-Baptista de Bèrta. Aqueu jorn, a l’iniciativa de Fernand Martinez, un musician e clergue d’aquela parròquia, lei guitarristas s’i son retrobats, bancs toteis ocupats, ambé la corala d’Azur, una tolonenca, e de Tolon tanben, la Corala Sainte-Cécile, que sa particularitat es que totei lei cantarèlas son Senegalésas e que cantan tot en wòlof.

« L’escomessa segur èra per totei de se trobar un repertòri comun, estent que voliam cantar e jugar de causas ensems ! » de perseguir Frederic Denoyer. Amb elei, an pereu jugat lei Tamborinaires de Magalí, una antica formacion qu’aviá crebat l’uòu a Sièis-Forns en 1925, d’una scission d’ambé Lei tambourinaire de Mirèio, naissuts elei en 1885 !

« Avèm jugat de classics dau repertòri segur, e lei composicions de Bernat Ballester » que nos vèn Alan Bégni, lo mèstre de l’ensems de tamborinaires. Bernat Ballester, ligat an aquela còla, es un prepausat d’Alaud, ara retirat, que fornís de composicions originalas despuei d’annadas.

Per lei guitarristas, l’escomessa èra dobla : « nos fau poder faire pron de repeticions, una per setmana, e coma lo repertòri es pas tant populari, nos fau interessar lo public ambé de musica latino-americana, que passa totjorn ben ».

Fin finala èran un quarantenau de musicians e cantaires sus lo pontin amb una glèsia comble. Una bèla jornada de musica que se fa ara cada an, e que podriá ben faire tradicion.

L’Acadèmia de guitarra, ela se prepara ja a la Fèsta de la bièra de Sièis Forns, dau 2 au 7 de junh, dau temps que Lei tambourinaire de Magali s’alestisson per lo Centenari de Marius Fabre, a Barjòus lo 5 de mai : lo laütier auriá ara cent ans.

Michel Neumuller

Graphie classique. Avec les suggestions lexicales de Pèire Brechet, professeur certifié d’occitan-langue d’oc

Les mots d’Aquí

Parròquia = paroisse

Baile = meneur, organisateur, chef

Escomessa = pari, défi

Crebar l’uòu = casser la coquille, naître

Pontin = estrada, scène

Alestir = préparer

Entre guitares, tambourins et chants wolofs

« Amplifions et mixons ! Il faut s’ouvrir à d’autres… » C’est le Credo de Frédéric Denoyer, dirigeant de l’équipe de guitares seynoises, l’Académie de Guitare, une douzaine d’amateurs conduits par cet homme que vous connaissez comme président de la Philarmonique La Seynoise depuis 2017.

Et dimanche 17 mars il a ouvert en grand le répertoire et la variété des musiciens à l’église Saint Jean-Baptiste de Berthe. Ce jour-là, à l’initiative de Fernand Martinez, musicien et clerc de cette paroisse, les guitaristes s’y sont retrouvés, tous les bancs occupés, avec la chorale d’Azur, une toulonnaise, et de Toulon aussi, la Chorale Sainte Cécile dont la particularité est que ses chanteuses sont toutes Sénégalaises et qu’elles chantent en wolof.

« Le pari était bien sûr pour tous, de se trouver un répertoire commun puisque nous voulions chanter et jouer ensemble ! » de poursuivre Frédéric Denoyer. Avec eux, ont aussi joué les Tambourinaires de Magali, une très ancienne formation éclose à Six-Fours en 1925, de la scission avec Les Tambourinaires de Mireille, nés, eux, en 1885 !

« Nous avons joué des classiques du répertoire bien sûr, et les compositions de Bernard Ballester » nous dit Alain Begni, le maître de l’ensemble de tambourinaires. Bernard Ballester, lié à cette équipe, est un préposé d’Allauch, à présent à la retraite, qui leur fournit des compositions originales depuis des années.

Pour les guitaristes, le pari était double : « Il faut que nous répétions assez, une fois par semaine, et comme le répertoire n’est pas si populaire, il faut intéresser le public avec de la musique latino-américaine qui passe toujours bien. »

Finalement, il y avait une quarantaine de musiciens et de chanteurs sur la scène et une église archi-pleine. Une belle journée de musique qui se fait maintenant chaque année, et qui pourrait bien faire tradition.

L’Académie de guitare, elle, se prépare à la Fête de la bière de Six-Fours, du 2 au 7 juin, pendant que les Tambourinaires de Magali se tiennent prêt pour le Centenaire de Marius Fabre, à Barjols le 5 mai : Le luthier aurait 100 ans.