Des élèves, une ville, des arts

Le 20 décembre dernier, une convention liant l’Education nationale, la Direction régionale des affaires culturelles PACA et la Ville a été signée. Objectif, mutualiser les actions éducatives, artistiques et culturelles.

Plus de 2 000 enfants pour les classes de gravure du fort Napoléon, les ateliers arts plastiques du musée Balaguier et les classes mémoire de la Navale, plus de 3 000 autres pour les médiathèques municipales. Soit, en une année, 90% des élèves seynois. « Il était naturel d’associer l’Education Nationale à cette convention entre la DRAC et la Ville », commence Eric Marro, adjoint délégué à la Culture. A ses côtés donc, Olivier Millangue, inspecteur d’Académie représentant le Recteur de l’Académie de Nice, et Marc Ceccaldi, directeur de la DRAC PACA, étaient réunis en salle de réception pour cette signature attendue : « Depuis la Libération, la Seyne-sur-Mer s’inscrit dans une démarche d’éducation culturelle et artistique volontariste et populaire, poursuit-il. Son histoire patrimoniale et industrielle procure une culture artistique et scientifique locale forte »

Olivier Millangue, pour l’Education Nationale, rappelle que « si l’école est là pour apprendre à lire, écrire et compter, les arts et la culture font parties intégrantes de cet apprentissage » : « A l’heure où nos crédits sont de plus en plus contraints, cette convention intervient dans un souci de mise en cohérence des moyens », résume-t-il.

« Il s’agit d’un travail de plusieurs années, enchaîne Marc Ceccaldi, directeur de la DRAC PACA. Nous mettons en commun une boîte à outils. Les rencontres, ateliers, spectacles et résidences sensibilisent les élèves à l’art. Pour cela, le corps enseignant, les acteurs culturels et les élèves doivent tisser des liens sur un territoire bien défini. Celui de la commune de La Seyne-sur-Mer ».

Une manière, pour reprendre une expression de l’adjoint à la culture, de « réussir les utopies maritimes et urbaines ».

Gwendal Audran