De còntes en òc cada mes

Après quelques essais heureux à Noël, deux conteuses du Cercle Occitan ont décidé d’animer chaque mois un atelier pour les petits à la médiathèque Andrée Chedid. Les parents seront chaleureusement invités aussi, dès septembre.

La coneissètz l’istòria dau caton que crèba la fam ? Aqueu que saup pas coma fau faire per manjar ? Va veire lo gau que li ditz : « As que de cridar « Caracacà ! ». Mai va pas ! « Brama. » li fa la vaca… e, pecaire, aurà de fen ! A la fin finala, un autre cat li aprendrà a miaular ; es ansin qu’aurà de lach.

Aqueu cònte provençau fa partida dau repertòri de Catarina Nicodemi e de Patricia Jouve, que de seis istòrias an fach beluguejar leis uelhs dei nistons de la bibliotèca Loís Chedid, l’autre dissabte, en plen mitan de la ciutat HLM populària de Berthe.

« L’essenciau es de repetir mai que mai lei mòts, e de fa veire d’imatges que dison lei paraulas » assegura Patricia. E, de veire la marmalha badar, se disèm que lei animatritz an fa nàisser un greu que, segur, portarà flors.

« Justament, a la rintrada de setembre, se pensam d’animar regularament, un còp per mes, de moments, Còntes e Cançons, la Vila nos ajudant per trobar un luec… » d’ajustar lei doas contairitz.

La bèla iniciativa s’es endraïada, au Fòrt Napoleon, per lei fèstas calendalas. La consola ajoncha a la Lenga regionala, Celha Jourda, a ben ajudat, qu’a campanejat dins totei lei centres aerats per fa venir de monde. « fuguèron fòrça nombrós, e segur que nos a estrambordadas » nos vèn Patricia.

Ela, es psicològa escolària, e Catarina infiermiera retirada. De mestiers que vos donan l’enveja d’anar au public per l’ajudar. E se deman aquel assai donava l’enveja ai parents de veire l’occitan ensenhat a l’escòla ?

« Es una dei tòcas, mai premier volèm marcar dins la memòria dei dròlles lo plaser d’ausir la lenga »

Michel Neumuller

badar = rester bouche bée

beluguejar = faire des étincelles

un greu = bourgeon

estrambordar = enthousiasmer

la tòca = but

Des contes en oc tous les mois

La connaissez-vous l’histoire du petit chat qui crève de faim ? De celui qui ne sait pas comment il faut faire pour manger ? Il va voir le coq qui lui dit: « Tu n’as qu’à crier : Cocorico! » Ça ne marche pas ! « Mugis » lui fait la vache…et, le pauvre, il recevra du foin ! Au bout du compte, c’est un autre chat qui lui apprendra à miauler, c’est comme ça qu’il aura du lait ».

Ce conte provençal fait partie du répertoire de Catherine Nicodemi et de Patricia Jouve, qui avec leurs histoires ont fait briller les yeux des tout petits de la bibliothèque Louis Chedid, samedi dernier, au beau milieu de la cité HLM populaire de Berthe.

« L’essentiel est de répéter souvent les mots, et de faire voir des images qui expliquent les paroles », assure Patricia. Et, de voir les bambins ouvrir grand la bouche, on se dit que les deux conteuses ont fait naître une pousse qui peut-être, fleurira.

« Justement, à la rentrée de septembre, nous pensons animer régulièrement, une fois par mois, des moments Contes et Chansons, la ville nous aidant à trouver un lieu… », ajoutent les deux conteuses.

Une formidable initiative qui a commencé, au Fort Napoléon, pour les fêtes de fin d’année. La mairesse adjointe à la langue régionale, Celia Jourda, a bien aidé, en faisant des annonces dans tous les centres aérés pour faire venir du monde. « Ils furent nombreux, et bien sûr, ça nous a beaucoup plu », dit Patricia.

Elle, est psychologue scolaire, et Catherine infirmière à la retraite. Des métiers qui vous donnent envie d’aller vers le public pour l’aider. Et si demain cet essai donnait l’envie aux parents de voir l’occitan enseigné à l’école ?

« C’est un des objectifs, mais d’abord nous voulons graver dans la mémoire des enfants le plaisir d’entendre la langue. »