Lo Mercat provençau per atrivar de monde au centre

Du mardi au dimanche matin, Le marché aux légumes du Cours Louis Blanc participe à la revitalisation du centre-ville. Témoignages.

Au « mercat provençau » s’i vendon pas ren que de terraietas o de lavanda… « Es un mercat d’èrbas, tota çò que fau per la ratatolha, es tanbèn un plaser de l’uelha e dau nas » nos vèn un òme, lo cofin a la man cafit de cocordetas, pebrons, pomas d’amor e cèbas amb una merinjana e una tèsta d’alhet. Lo mercat ancian se teniá despuei d’annadas pus aut, ai Maristas, puei, en junh vaquí que s’es raprochat dau centre, per rejónher lo cors Louis Blanc. « Un astre per lei botiguiers que veson mai de practica passar», que ditz Lisa, emplegada per la Comuna a la comunicacion dau centre ciutat. « Segur, me pòdi pas tròp avançar, que mon comèrci de trataire fa ren que quinze jorns que l’ai dubèrt », ajusta Maria-Cristina Fabre. O Belem es tot pròche dau « Mercat provençau », e es un trataire portugués. Aquí, ambé lo cofin plen d’ortolalha, podretz pereu li ajustar de polet torrat a la mòda de Lisbona, o tota la tiera de bacalhau en sauças o en bonhetas. Mai l’escomessa es de faire que lo monde s’entornan aquí. « Fins ara son acostumats per exemple d’anar corsejar pusleu a Sanari lo dimècres. Seriá segur una bòna causa de veire mai de monde au cors ! » De monde, de jorns n’i a, e d’autrei pas tant, la reson, degun va saup clar. D’aquesta passa, ambé lo gròs caud, lo monde s’esquichan en riba de mar, e lo centre ciutat se vueja. Çò qu’ajuda bèn, es que lei comerçants forans, tant aquí coma dins leis autrei mercats seinencs, començan de s’entendre per lo netejament, e recampan sei bordilhas per facilitar l’òbra dau servici dau levatge. « Un mercat net es pus agradiu, e s’agís de lei rendre agradius per reviscolar lo centre » que sotalinha Ciril, dau servici dei Mercats de La Seina.

Michel Neumuller

 

Astre = chance

Mercat deis èrbas = marché aux légumes

Bacalhau = morue

Cocordetas, pebrons, pomas d’amor e cèbas = courgettes, poivrons, tomates et oignons

Polet torrat = poulet grillé

Terraietas = vaisselle en terre

 

Le marché provençal pour attirer du monde au centre

Au « marché provençal » on n’y vend pas seulement de petits ustensiles de terre cuite ou de la lavande…« C’est un marché aux légumes, avec tout ce qu’il faut pour faire la ratatouille. C’est aussi un plaisir de l’œil et du nez » nous dit un homme, le panier à la main plein de courgettes, poivrons, tomates et oignons, et aussi une aubergine et une tête d’ail.

Le marché ancien se tenait depuis des années plus haut, aux Maristes, puis, en juin voilà qu’il s’est rapproché du centre, pour rejoindre le cours Louis Blanc. « Une chance pour les commerces qui voient passer plus de clients », dit Lise, employée par la Commune à la communication du centre-ville. « Après, je ne peux pas trop m’avancer que mon commerce de traiteur, je ne l’ai ouvert que depuis quinze jours », ajoute Marie-Christine Fabre.

O Belem est tout proche du marché provençal, et c’est un traiteur portugais. Là, le panier rempli de légumes, vous pourrez peut-être ajouter du poulet grillé à la façon de Lisbonne ou toute la série des plats de morue en sauce où en beignet. Mais le pari est que les gens reviennent là. « Pour le moment ils sont habitués de faire leurs courses plutôt à Sanari le mercredi. Ce serait une bonne chose de revoir plus de monde au cours ! »

Du monde, certains jours il y en a et d’autres pas autant, sans que l’on sache vraiment pourquoi. En ce moment avec les chaleurs, les gens s’entassent en bord de mer et le centre se vide. « Ce qui aide bien, c’est que les commerçants ambulants (ici comme dans les autres marchés seynois) commencent de s’entendre au sujet de la propreté et rassemblent les déchets pour faciliter le travail du service de nettoyage. Un marché plus propre c’est plus agréable et il s’agit de les rendre plus agréables pour redynamiser le centre », souligne Cyril, du service des marchés de La Seyne.