Concours de la tarte aux pommes revisitée, première édition !

Ce mardi après-midi, dans les locaux de la Maefe, habitants et associations du quartiers Nord ont rivalisé de talents pour présenter la plus savoureuse et la plus belle des tartes aux pommes. Un moment de partage pâtissier qui a peut-être suscité des vocations.

Quoi de plus fédérateur que la confection (et la dégustation) d’une tarte au pommes ? Une habitante de Berthe, Mahé Rbaya, a eu l’idée originale de proposer un concours autour de cette gourmandise, et son projet a été retenu par le Fonds de participation des habitants*. C’est ainsi que ce mardi 27 octobre, aux Lilas, dans les locaux de la Maefe (Maison associative Enfance Famille École), qui organisait l’événement, s’est déroulé le premier Concours de la tarte aux pommes revisitée.

Si le nombre de participants a été limité en raison de la crise sanitaire, la joute pâtissière a tout de même rassemblé une dizaine d’équipes formées par des habitants et associations du quartier : le Conseil citoyen, La Gamelle pour tous, Nouvel Horizon, le Centre social et culturel Nelson-Mandela, la Maefe, France Terre d’Asile.

« Intéresser les jeunes »

Ce concours avait pour objectifs, relate Chyraze Saïdana, médiatrice à la Maefe de: « Créer une animation locale au sein du quartier, découvrir des talents culinaires cachés, partager un moment de convivialité entre habitants et entre associations… Mais également intéresser les jeunes susceptibles de s’orienter vers le métier de pâtissier en le leur présentant de manière professionnelle. » C’est pourquoi l’association BGE Accès Conseil (spécialisée en conseil et formation) et Face-Var (Fondation Agir contre l’exclusion) étaient associées à l’événement.

Le jury était composé d’une habitante du quartier, de membres des associations Nouvel Horizon, Maefe, centre social et culturel Nelson-Mandela, BGE Accès conseil et d’une professionnelle de l’établissement toulonnais La Reine des tartes. Et c’est l’équipe du CSC Nelson-Mandela qui a remporté le premier prix !

*Un dispositif mis en place par l’État pour les habitants des quartiers prioritaire de la politique de la ville (QPV) pour concrétiser des projets d’animations locales, de citoyenneté ou d’amélioration de cadre de vie. Les projets retenus peuvent bénéficier d’un financement à hauteur de 500 euros.