Cantar per transmetre

Le congrès du Forum d’Oc, a réuni 150 passionnés sur le thème “transmettre la langue d’oc”. Mais comment font les Seynois impliqués chez eux ? Ça passe par le chant et le jeu, nous disent-ils. Dans un environnement favorisé par la municipalité.

Es tras que rara d’ausir un premier cònsol vos aculhir en lenga nòstra dètz minutas a-de-rèng ; pasmens es ce qu’a fach Marc Vuillemot ai cent-cinquanta congressistas dau Forum d’Òc au centre Tisot lo 5 d’octòbre passat. E per li parlar dau biais senhenc de transmetre lo provençau : « I a cada mès una pagina en lènga d’òc dins la revista municipala. Nòstrei mediatècas son abonadas a d’unei publicaciens en grafia mistralenca e classica. Avèm enstalat de panèus bilengües de signaletica urbana pèr lei noms de carrièras dau vielh centre de la ciutat, aquèlei de caires de la vila, e, de segur, ais entradas de La Senha. » Mai coma fan leis associaciens per faire passar la lenga ? Conéissèm lei Cigaloun Seinen que ne’n fan fòrça a Novè, e lo Tiatre dóu Mai que la fa viure sus lo pontin. Au
congrès dau Forum d’Oc, Patricia Jouve, dau Ceucle Oc de La Sanha siguèt convidada a ne’n dire mai : « amé leis enfants dau centre aerat, fasèm de pichòteis istòrias, a partir d’albums en francès qu’adaptam. Amé la Catarina Nicodèmi juegam l’istòria ‘mé de mariòtas qu’ela fabrica…Breu favorisam un climat propici a lei faire parlar » Emai un còp a l’atalhier d’adultas dau Ceucle, fa parier : « vòli pas li fargar de tèxtes a traduir ai començaires, que fugirián per la mitat, adonc es amé de juec de ròtle, de cadenas parladas onte una paraula ne’n entraïna una autra, qu’ansin pòdon utilisar son vocabulàri conéissut e lo reforçar a chapauc… Mai a l’atalhier tot comença per un cant !» Lo cant es ce qu’acampa lo monde, confierma Miquèu Tournan. Lo musician e animator debana una activitat dei bèlas, qu’es en trin de remontar un atalhier de danças tradicionalas « dau nòstre ! Mai lo monde, l’atraire es dificíle, sai ben qu’amé de prepausiciens de qualitat, lei joines venon mai facilament, bòrd que crèsi, es una valor 
universala. » Miquèu es mestre dau còr, e sa recepta per atraire es simpla : « lo monde s’acapara son istòria, per aquò, cantam de composicions contemporanas, aquelei que parlan de sei problèmas, nòstre plànher, nòstre blues. » Restariá encara a faire passar l’enveja dins l’Educacion Nacionala. Fau dire que, a la rintrada, per fauta d’inscripcions au cors que s’i deuiá duerbir, lo Licèu Beaussier a renonciat a faire d’occitan. « Vos descoratjètz pas, que diga Patricia Jouve. Aquelei que parlan, muma un pauc – fau ben començar e es possible ja de faire passar ce que conéissètz – pòdon demandar a l’Acadèmia un agrement. Am’aqueu, dins Var, es possible d’intrar a l’escòla per animar d’atalhèrs de provençau! »

Michel Neumuller

En graphie classique avec les suggestions de Pèire Brechet, IEO

Les mots d’Aqui

tras que = plus que
a-de-rèng = à la suite
pontin = estrade, scène
mariòta = marionnette
acampar = rassembler
atraire = attirer

Chanter pour transmettre
Il est très rare d’entendre un maire vous accueillir dans la langue pendant 10 minutes; c’est pourtant ce que fit Marc Vuillemot devant cent cinquante congressistes du Forum d’Oc au centre Tisot le 5 octobre dernier. Et pour lui parler de la manière seynoise de transmettre le provençal : « Il y a tous les mois une page en occitan dans la revue municipale. Nos médiatèques son abonnées à plusieurs publications en écriture mistralienne et en graphie normalisée. Nous avons posé des panneaux bilingues de signalétique urbaine pour les noms de quartier du centre ancien, dans certains quartiers, et bien sûr, aux entrées de la ville ».
Mais comment font les associations pour faire passer la langue ? Nous connaissons les Cigalouns Seinen qui se démènent à Noël, et le Tiatre dóu Mai qui la fait vivre sur la scène.
Au Congrès du Forum d’Oc, Patricia Jouve, du Cercle Occitan de la Seyne fut invitée à en dire davantage : « avec les enfants du centre aéré, nous inventons de petites histoires à partir d’albums en français que nous adaptons. Avec Catherine Nicodèmi nous jouons l’histoire avec des marionnettes qu’elle fabrique elle-même… bref, nous créerons un climat propice pour les faire parler ».
A l’atelier d’adultes du Cercle, c’est pareil: « je ne veux pas demander aux débutants de traduire des textes car la moitié fuirait, c’est plutôt avec des jeux de rôle, des chaînes parlées où un mot en entraîne un autre; comme ça ils peuvent utiliser le vocabulaire connu et le renforcer petit à petit…  cela dit, à l’atelier tout commence par un chant ! »
« Le chant est ce qui rassemble, confirme Michel Tournan. Ce musicien et animateur se démène, il est en train de remonter l’atelier de danses traditionnelles « d’ici » ! Mais attirer les gens est difficile. Je sais bien qu’avec des propositions de qualité, les jeunes viennent davantage car c’est, je crois, une valeur universelle ».
Michel Tournan est le maître de chœur, et sa recette est simple: « les gens s’affrontent à leur vécu, pour ça nous chantons des compositions contemporaines, celles qui parlent de nos difficultés. C’est notre « plainte », notre blues ».
Encore faudrait-il transmettre cette envie à l’Education Nationale. Il faut dire qu’à la rentrée, faute d’inscriptions au cours qui devait s’ouvrir, le lycée Beaussier a renoncé à proposer de l’occitan.
« Ne vous découragez pas, dit Patricia Jouve. Ceux qui parlent, un tant soit peu – il faut bien commencer et déjà vous pouvez dire ce que vous savez – peuvent demander à l’académie un agrément. Avec ça, dans le Var, vous pouvez entrer dans les écoles pour animer des ateliers d’occitan-langue d’oc. »