Canicule : le Var en vigilance orange, le niveau d’alerte 3 déclenché

Météo France place le département du Var en vigilance météorologique Orange canicule ce mercredi 1er août, le préfet du Var a décidé du classement du département au « niveau 3 – alerte canicule ».

Hier, mardi 31 juillet, à 15h30, les températures mesurées s’élevaient jusqu’à 36°C à 37°C dans l’intérieur du Var. Dans la nuit, les températures minimales ne devaient pas descendre sous les 23°C à Toulon. Et la vague de chaleur ne devrait pas s’atténuer dans les heures qui viennent. Or, On parle de canicule lorsque les températures observées sont élevées jour et nuit pendant au moins trois jours d’affilée, ce qui a conduit Météo France à placer le département en vigilance orange, et le préfet du Var à déclencher, dès 16h ce même jour, le niveau d’alerte 3.

Le dispositif

Conformément à la procédure, le représentant de l’État a avisé les services concernés afin qu’ils mettent en œuvre les mesures qui sont de leur responsabilité, et notamment les communes, les services de l’État et le Conseil départemental.

Le Service de Sécurité civile communale de La Seyne-sur-mer indique ainsi, qu’au niveau municipal, le maire et le CCAS ont les devoirs suivants :

– Diffuser des messages d’alerte a la population ;

– Mobiliser les associations locales pour effectuer des visites a domicile auprès des personnes fragiles isolées ;

– Informer en temps réel le préfet et le délégué départemental de l’Agence régionale de santé (ARS) des difficultés rencontrées et que la commune ne parviendrait pas a surmonter, d’une éventuelle augmentation anormale du nombre de décès ou de toute perturbation de la qualité ou de la distribution de l’eau.

Le service de Sécurité civile communale annonce également, que le préfet du Var a prescrit les mesures complémentaires suivantes :

– L’activation du Centre opérationnel départemental ;

– La mise en place par les maires de cellules de veille communales afin d’assurer la coordination des actions menées sur le terrain ;

– la transmission par les services du Conseil Départemental et les maires de recommandations auprès des établissements et structures places sous leur responsabilité ;

– Le déclenchement de plans blancs dans les hôpitaux, sur la base des informations transmises par le SAMU via l’ARS ;

– La vérification auprès d’Enedis de l’absence de coupures de courant susceptibles de mettre en danger les personnes fragilisées ;

– La préparation par la Direction départementale de l’ARS des réquisitions des professionnels de santé (médecins de ville, infirmiers libéraux, ambulanciers, etc.) en fonction des besoins.

Quels sont les risques ?

Il est rappelé qu’en cas de fortes chaleurs :

– Les nourrissons, les jeunes enfants et les adultes (notamment les travailleurs exposés à la chaleur) s’exposent aussi au risque de la déshydratation car ils transpirent beaucoup pour maintenir leur corps à la bonne température.

– L’exposition d’une personne à ces températures élevées sans période de fraîcheur suffisante pour permettre à l’organisme de récupérer, est susceptible d’entraîner de graves complications par dépassement des capacités de régulation thermique du corps humain. Ces périodes de fortes chaleurs sont alors propices aux pathologies liées à la chaleur et à l’aggravation de pathologies préexistantes, surtout chez les personnes fragiles et les personnes particulièrement exposées.

Quelques recommandations

Pour se protéger, il faut :

– Maintenir son logement frais (fermer fenêtres et volets la journée, les ouvrir le soir et la nuit s’il fait plus frais) ;

– Boire régulièrement et fréquemment de l’eau sans attendre d’avoir soif ; se rafraîchir et se mouiller le corps plusieurs fois par jour ;

– Passer si possible 2 à 3 heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché…) ;

– Éviter de sortir aux heures les plus chaudes et de pratiquer une activité physique ; les nourrissons et les jeunes enfants ne doivent jamais être laissés en plein soleil, même quelques minutes, particulièrement dans des véhicules fermés.

Qui contacter ?

– N’hésitez pas à consulter votre médecin traitant ;

– En cas de malaise, appeler ou faire appeler le 15 ;

– En cas de besoin appeler le numéro vert du ministère de la santé : 0 800 06 66 66 (service ouvert de 9h à 19h) ;

– Penser à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et dès que nécessaire ;

– Oser demander de l’aide, à vos voisins, aux commerçants de votre quartier.