Cabanons rebats de nòstra cultura

L’exposition du Cercle Occitan à la Maison du patrimoine, Place Bourradet, est consacrée aux cabanons. D’une belle diversité, ils disent encore notre rapport à la terre: celle des ancêtres, celle qu’on travaille.

A l’ora d’ara quora vos passejatz dins un bòsc dau país ambé d’ostalets per la dimenjada dei Tolonencs, se pòt ben que siegan de cabanons provençaus, regrandits d’un membre, engençats d’una lambrusca e d’una taula en terrassa.

Lo Ceucle Occitan de La Sanha i consacra una de sei mòstras, de tria coma de costuma (de se rementar aquela de la pèsca, e una autra dei joguinas de nistons!). La podretz visitar a l’Ostau dau Patrimòni entre lo sèt de decembre e lo mes de genier 2020.

“Aperavans, aquelei cabanons qu’ara vesèm coma bastidons de campanha, èran de luecs de trabalh” nos vèn Patricia Jouve. “Lei païsans l’i laissavan leis otís par facturar una tèrra una briga aluenchada de sa bastida. A cha pauc son devenguts de luecs per s’espacejar”. Mai que d’un de la vila i tornava puei la dimenjada en familha, per de beleis partidas, una taulejada, o alimentar una arma de poeta luenh dau çaganh de la ciutat.

De’n pertot n’en trobam, es un fach de societat provençau : en Droma li dien “un granjon”, e dins la Vauclusa “un maset”. A Marselha es “lo cabanon” ben coneissut.

Entre autrei caracteristicas, la màger part dau temps s’i ajusta una aubre utile : un fruchau, una figuiera, un tilhòu. Sovent bordeja un clapier, perqué faliá ben acampar lei pèiras per lo bastir, o una vinha, perqué sensa aquò jamai l’auriá plaçat aquí, lo païsan.

“la basa de la mòstra, finalament son nòstrei remembranças, perqué mai que d’un n’avèm un de cabanon, o n’avèm agut trevat un” vèn Catarina Nicodèmi, autre cepon dau Ceucle Òc. “Son nòstrei sovenirs d’enfància aquelei molons de pèiras e de cauç, e mai qu’aquò, son preciós” nos tòrna Patricia Jouve, que se rementa leis olivadas a Nions, e lei soidas que lei acaban.

A l’Ostau dau Patrimòni s’i podrà admirar de reconstituciens de membres de cabanon, d’otís e segur de fòtos, d’aqueleis obratges populars, fach un pauc de’n pertot dins lo país. “Avèm vougut valorisar sa diversitat” nos ditz encara Patricia Jouve. “Mai totei rèstan lo liame entre nòstrei rèires, trabalhaires de la tèrra, e la tèrra ela”.

Michel Neumuller

Graphie classique

amé l’ajuda de Pèire Brechet, professor d’occitan-lenga d’òc

profitez-en pour prendre contact en vue d’un atelier de langue, chants et danses provençales, pour tous âges : 06 03 91 00 06. Maison du Patrimoine 04 94 06 96 64 maisondupatrimoine@la-seyne.fr

Les mots d’Aquí

rebat = reflet

de tria = de choix

joguina = jouet

facturar = travailler la terre, labourer

partida (de campanha) = déjeuner sur l’herbe ou en cabanon

çaganh = vacarme

clapier = tas de pierre

ajustar = adosser, (adjuxtare) mettre contre

soida = repas de fin de travaux

rèires = aïeux

Cabanons, des reflets de notre culture

A l’heure actuelle quand vous vous promenez dans un bois du pays avec de petits pavillons où les Toulonnais passent le week-end, il s’agit sûrement de cabanons provençaux, agrandis d’une pièce, agrémentés d’une vigne vierge et d’une table en terrasse.

Le Cercle occitan de La Seyne y consacre l’une de ses expos, et de qualité comme d’habitude (rappelez-vous de celle sur la pêche, et d’une autre sur les jouets d’enfants!). Vous pourrez la voir à la Maison du Patrimoine entre le 7 décembre et le mois de janvier 2020.

« Auparavant, ces cabanons que nous voyons maintenant comme des maisonnettes de campagne, étaient des lieux de travail » nous rappelle Patricia Jouve. « Les paysans y laissaient les outils pour travailler une terre un peu éloignée de la maison principale. Ils sont devenus petit à petit des lieux d’agrément ». Nombreux sont ceux de la ville qui y revenaient pour le dimanche en famille, des pique-niques, un repas ou alimenter une âme de poète loin du vacarme de la ville.

Partout nous en trouvons, c’est un fait de société provençal : dans la Drôme, on les appelle des granjons et dans le Vaucluse un maset. À Marseille c’est le cabanon bien connu.

Entre autres caractéristiques, la plupart du temps on y ajoute un arbre utile : un fruitier, un figuier, un tilleul. Souvent il est placé près d’un clapier, parce qu’il fallait bien rassembler les pierres pour le construire, ou d’une vigne, car sans elle, jamais le paysan ne l’aurait placé là.

« La base de l’expo, finalement ce sont nos souvenirs, car plusieurs d’entre nous en possédons un, ou nous en avons fréquenté un », nous dit Catherine Nicodemi, autre pilier du Cercle. « Ce sont nos souvenirs d’enfance ces tas de pierre et de chaux, et aussi ils sont précieux », précise Patricia Jouve, qui se souvient des olivades à Nyons, et des repas qui en marquaient la fin.

A la Maison du Patrimoine on pourra admirer des reconstitutions de pièces de cabanon, des outils et bien sûr des photos de ces ouvrages populaires, faits un peu de partout dans le pays. « Nous avons voulu valoriser la diversité » nous dit encore Patricia Jouve. « mais tous restent le lien entre nos anciens, travailleurs de la terre, et la terre elle-même ».