Bien rentrés !

Les services de la Ville se sont à nouveau mobilisés pour permettre aux 5 915 écoliers seynois, et à leurs enseignants, d’amorcer cette année scolaire dans les meilleures conditions.

Parmi les 6,7 millions d’écoliers français ayant fait leur rentrée des classes, le 2 septembre dernier : très exactement 5 915 petits Seynois. Un nombre qui confirme une très légère tendance à la baisse des effectifs ces dernières années. Celle-ci s’expliquant par un vieillissement de la population, a indiqué Marc Vuillemot. Le maire s’adressait alors aux directeurs/trices des établissements de La Seyne (voir ci-dessous), qu’il a à nouveau tenu à accueillir à l’Hôtel de Ville, à la veille de la rentrée. L’abaissement de l’âge de l’instruction obligatoire à 3 ans (lire également ci-après) n’aura donc guère fait bouger les chiffres, sachant que 93 % des enfants âgés de 3 à 6 ans étaient déjà intégrés au milieu scolaire avant la promulgation de la loi. Les tout-petits de plus de deux ans sont d’ailleurs également acceptés à La Seyne, lorsque le nombre de places le permet, notamment dans les Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).

Transfert provisoire de l’école Mabily

Cette rentrée 2019 a néanmoins été un peu particulière pour les élèves de l’école maternelle Amable-Mabily, dont les trois classes ont été provisoirement transférées au sein de l’espace éducatif Jacques-Derrida (photo). Ceci le temps de la reconstruction du groupe scolaire qui accueillera également, à terme, l’école élémentaire JulesVerne. Certes, « le déménagement a été lourd », reconnaît le directeur Cyrille Bernoux, mais il apprécie le nouveau décor : « C’est gai, c’est joyeux ! »

Déménagement de l’école Mabily, travaux d’entretien et de rénovation, réparations diverses, sécurisation des passages protégés aux abords des établissements*… Comme chaque été, les personnels municipaux, notamment du service des bâtiments communaux, se sont activés pour que les enfants soient accueillis au mieux dans les locaux scolaires.

laurence.artaud@la-seyne.fr

*Le budget total pour préparer cette rentrée 2019 s’élève à 429 000 euros (TTC)

La rentrée 2019 en chiffres

• 5 915 écoliers : 2 266 élèves en maternelle + 3 649 en élémentaire.

• 30 écoles : 15 maternelles, soit 93 classes + 15 élémentaires, soit 171 classes dont 4 Ulis (unités localisées pour l’inclusion scolaire). Une classe Ulis a été ouverte cette rentrée à l’école Jean-Jacques-Rousseau.

Une fermeture de classe

Cette rentrée 2019, une classe a été fermée au sein de la maternelle Jean-Jacques-Rousseau. Une décision de la Direction académique des services de l’Éducation nationale (DASEN) ayant fait l’objet, en mai dernier, d’un vote défavorable du conseil municipal. Ce, au nom de « l’attachement [de la Ville] à l’école publique ainsi qu’à la qualité d’accueil des plus jeunes », a précisé l’adjointe déléguée à l’éducation, Isabelle Renier. C’est pourquoi, poursuit-elle, la municipalité « ne peut que déplorer la fermeture d’une classe en maternelle, fusse-t-elle justifiée par des inscriptions en baisse, dans un quartier déjà fortement impacté par les fermetures de classe des années précédentes ».

Un maître surnuméraire en moins

Le conseil municipal a également émis un avis défavorable au retrait du dispositif « Plus de maîtres que de classes » à l’école élémentaire Ernest- Renan. Ainsi, selon l’élue en charge de l’éducation, Isabelle Renier, « l’État montre les limites des moyens consacrés au soutien des équipes enseignantes et aux élèves en difficulté ». D’autant que « cette école qui bénéficiait jusqu’à présent du dispositif « Plus de maîtres que de classes » est un établissement qui n’est certes pas classé en REP+, mais qui accueille un nombre important d’enfants résidant dans nos quartiers prioritaires ».

L’école dès 3 ans

La loi « pour une école de la confiance » a été promulguée le 28 juillet dernier, pour une entrée en vigueur dès cette rentrée 2019. Le texte abaisse notamment l’âge du début de l’instruction obligatoire de 6 à 3 ans. Les enfants atteignant cet âge (au cours de l’année civile comprenant la date de rentrée scolaire) doivent donc désormais être inscrits dans une école avec obligation d’assiduité (jusqu’ici, la présence à temps partiel était tolérée avant le CP). A moins qu’une instruction dans la famille ne soit déclarée. Objectif du gouvernement : favoriser la justice sociale, en partant du principe que c’est « à l’école maternelle que se préparent les apprentissages fondamentaux et donc les réussites futures ».

Les directeurs accueillis en mairie

« C’est tellement fort et tellement beau ce que vous faites les uns et les autres, que nous voulons vous souhaiter la meilleure année scolaire possible. » Ces mots, le maire Marc Vuillemot les a adressés, le 30 août dernier, aux directeurs d’écoles qu’il reçoit traditionnellement à l’Hôtel de Ville avant la rentrée. Mais aussi à tous ceux qui forment « la chaîne » : les chefs d’établissements du secondaire, de l’Espe (École supérieure du professorat et de l’éducation), des centres de formation des apprentis (CFA), des Instituts médico-éducatifs ; les inspecteurs de l’Éducation nationale ; les membres du comité directeur de la caisse des écoles. Et afin de saluer le travail de tous, il était entouré des élus Isabelle Renier, Olivier Andrau, Robert Teisseire et Riad Gharbi.