Berthe : Tout un quartier touché

Le 10 septembre, deux jeunes, de 14 et 19 ans, étaient tués par balles à Berthe. Le maire Marc Vuillemot a aussitôt lancé un appel aux associations implantées dans le quartier afin de mettre en place un dispositif d’écoute psychologique.

La réponse a été immédiate. Les professionnels spécialisés de l’Association Vivre en famille (AVEF) et de l’Association de prévention d’aide à l’insertion (APEA) ont travaillé avec de nombreux acteurs de terrain* : plusieurs cellules d’accueil ont été ouvertes aux habitants. « Nous avons répondu présent parce que cela fait 18 ans que nous sommes sur le territoire. On en connaît bien les familles », raconte Manuel Prieto, directeur de l’AVEF. Or selon lui : « Les gens sont très impactés, il y a un fort sentiment de colère et de peur. Les habitants se sentent abandonnés ». « Il s’agit d’un stress post-traumatique aigu, ce qui se manifeste par des troubles du sommeil et de l’alimentation, une forte angoisse, la peur de la mort… », précise Alexandrine Sanchez, psychologue clinicienne au sein de l’association. Elle ajoute que « les symptômes sont les mêmes pour les enfants et pour les adultes ». Ce nouvel événement dramatique – quatre jeunes Seynois auront été tués par balles en quelques mois – intervient dans un contexte d’exacerbation des tensions depuis « au moins un an », indiquent des éducateurs de terrain (lire aussi ci-dessous). « Tout le quartier est touché », témoignaient-ils, au cours d’un debriefing avec le professeur Michel Delage, psychiatre membre de l’équipe de l’AVEF (photo).

Adultes ou enfants, ils se sont donc tournés vers les structures qu’ils ont l’habitude de fréquenter. « Nous avons aussi vu de nouveaux parents qui ne venaient pas forcément avant », précise Sylvie Le Berre, spécialisée dans le soutien à la parentalité, également à l’AVEF.

Et maintenant ? « Il est nécessaire d’occuper le terrain en permanence », répond-elle. Elle assure que « les mères ont la volonté de se mobiliser en dépit de leur peur »… Elles pourront ainsi s’appuyer sur les acteurs associatifs qui constituent, encore et toujours, ce maillage de proximité indispensable dans la cité.

laurence.artaud@la-seyne.fr

*Maefe, Femme dans la cité, CSC Nelson-Mandela, Espace socio-sportif du Germinal

Le service jeunesse sur le pont

Durant l’été, les équipes du service Jeunesse ont été renforcées à Berthe, pour une présence de 16 heures à minuit. L’objectif était « d’extraire les jeunes de cette atmosphère », expliquait l’adjoint en charge de la Jeunesse Makki Boutekka. Une soixantaine de jeunes ont ainsi pu être pris en charge, annonce Mohamed Lahmar, directeur adjoint du service.