Aparaira d’abelhas

Isabelle Pybourdin n’est pas apicultrice, mais “protecteure d’abeilles”. Elle convainc les professionnels, ou les collectivités, de faire une place raisonnée à nos indispensables pollinisatrices. Début juillet, elle les envoie se réfugier en Haute-Provence, pour cause de frelon asiatique.

Vòu pas parlar de brusc, mai ben de refugis per abelhas, Isabelle Pybourdin : un ensems de quatre bruscs que pòt laissar en vila, au Mont-Faron de Tolon, entre Oliulas e La Seina, o dins lei bòscs dau Cap Cessié onte l’ONF li fa fisança… mai a l’ora d’ara sota lei pins lei trobaretz pas. Per part, sei bruscs seinencs s’endraian per lo plan de Pueimeisson (Puymoisson 04) per l’estiu. « Èra mon biais per aparar leis abelhas dau cabrian asiatic, que d’aquesta passa infèsta totei lei pinèdas ! » Lo tuaire vengut ambé la tèrra de plantas d’importacion chapla fins a septanta butinairèlas, leis abelhas s’estransinan, sòrton plus butinar, e lèu la Reina arrèsta de pondre.
Isabelle, uei va veire lei quauquei bruscs qu’aviá laissat sus la teulissa dau Casino Joia. Un luec curiós per faire lo mèu, que ? « L’i a de flors tot alentorn, e una fònt per l’aiga, que li es necessari ais abelhas. Es un bòn luec e lei bailes dau Casinò an escotat mon discors, tot parier d’aquelei dau Carrefour, e mai d’aquelei dau Leclerc ! Li observi son ròtle d’ecociutadan. Tastan lo mèu, aprenon a destriar lei gosts diferents… Se senton valoritzats, e l’amerita ». Fa dètz ans, Isabelle, premier mestressa d’escòla, puei ensenharèla de management a l’Universitat, a laissat la carriera universitària per se virar a la natura, prendre suenh d’aqueleis pollenisarèlas indispensablas. Mai prendre suenh, es pas produrre. « Siáu pas pastra d’abelhas professionala, mai pedagòga e incondicionala ciutadana d’una Republica dau vivent. Lei bruscs, ne’n vòli pas de’n pertot : es de mòda de plantar cavilha a i c iutats a l’ora d’ara, mai ne’n fau pas de tròp, autrament coma faràn leis abelhas fèras, solitàrias, que fan benlèu l’essenciau de la pollenisacion ? Per elei, cadun pòt ajudar, crear una sosta, que basta d’un tròç de bornèu ». E de plaidejar ai Vilas, per pausar de bacs a flors tot simples de’n pertot : « còsta ren mai es essenciau ! ».

Michel Neumuller

Ecrit en graphie mistralienne, avec les suggestions de Pèire Brechet, auteur de Communiquer en occitan, IEO edicions

LES MOTS D’ÒC POUR LE DIRE
Brusc = ruche
Plan = plateau
Cabrian = frelon
Chaplar = hacher, massacrer
Uei = aujourd’hui
Destriar = choisir, sélectionner
plantar cavilha = s’installer

Protecteure dabeilles

Elle ne veut pas parler de ruche, mais bien de refuges pour abeilles, Isabelle Pybourdin : un ensemble de quatre ruches qu’elle peut installer en ville, au Mont-Faron à Toulon, entre Ollioules et La Seyne, ou dans les bois du Cap Sicié où l’ONF lui fait confiance… mais en ce moment, sous les pins, vous ne les trouverez pas. En partie, les ruches seynoises ont pris le chemin du plateau de Puymoisson (04) pour l’été. « C’était le moyen que j’ai trouvé pour leur éviter le frelon asiatique qui infeste toutes les pinèdes ! » Ce tueur venu dans la terre de plantes importées massacre jusqu’à soixante-dix butineuses. Les abeilles sont stressées, ne sortent plus pour butiner, et vite la reine arrête de pondre.

Isabelle, aujourd’hui va voir les quelques ruches qu’elle avait laissées sur les toits du Casino Joa. Un lieu étrange pour faire le miel, non ? « Il y a des fleurs tout autour, et une fontaine pour l’eau, le nécessaire pour les abeilles. C’est un bon emplacement et les dirigeants du Casino se sont montrés réceptifs à mon discours, comme ceux de Carrefour, et aussi ceux du Leclerc ! Je souligne le rôle écocitoyen qu’ils peuvent jouer. Ils goûtent le miel, apprennent à reconnaître les goûts différents… ils se sentent valorisés et le méritent ».

Depuis dix ans, Isabelle, d’abord institutrice, puis enseignante en gestion à l’université, a laissé sa carrière universitaire pour se rapprocher du vivant, prendre soin de ces indispensables pollinisatrices. Or prendre soin, ce n’est pas produire. « Je ne suis pas éleveuse d’abeilles professionnelle, mais pédagogue et inconditionnelle citoyenne d’une République du vivant. Les ruches, ils n’en faut pas de partout : c’est tendance de s’installer dans les villes maintenant, mais il n’en faut pas trop, sinon comment feront les abeilles sauvages, solitaires, qui font peut-être l’essentiel de la pollinisation ? » Pour celles-ci, chacun peut aider, créer un abri. Il suffit d’un tesson de poterie. Et de plaider dans les villes, pour qu’ils posent des bacs à fleurs tous simples de partout : « Cela ne coûte rien mais c’est essentiel ! »