Alice Bégon : son premier long métrage lundi au Six n’étoiles

[vc_row][vc_column][vc_column_text]C’est son premier long métrage. La productrice seynoise Alice Bégon, sort « Un violent désir de bonheur » qui sera diffusé ce lundi 25 mars à 20h30 au cinéma Six n’étoiles

Alice Bégon est née à La Seyne-sur-Mer en septembre 1985. « J’ai vécu 18 ans à La Donicarde, mes parents y habitent toujours. J’adore revenir en vacances et surtout pour me ressourcer après le festival de Cannes où, contrairement à ce qu’on pense, on travaille beaucoup et on fait peu la fête ». Après un baccalauréat option audiovisuel au lycée du Coudon à La Garde, en 2003, elle « monte à la capitale » poursuivre ses études de cinéma. Elle passe par la faculté de Nanterre, les Gobelins et enfin la célèbre école FEMIS où elle sort diplômée en production. En 2014, elle crée sa société de production : Les films d’argile. Avec plusieurs court métrages déjà dans la boîte, des documentaires et une série en préparation, la jeune Seynoise ne manque pas de projets et d’inspiration. C’est avec son camarade de promo et ami, Clément Schneider, qui lui, a choisi de suivre la voie de la réalisation, qu’elle aime travailler. C’est lui qui a mis en scène « Un violent désir de bonheur » qui sera diffusé lundi soir au cinéma Six n’étoiles. Tous deux seront présents pour cette projection. « Quand j’ai rencontré Chloé Chevalier, la scénariste du film, on était partis avec Clément qui réalisait sur un moyen métrage. Puis on a monté une version un peu plus longue qui tenait la route. Grâce à l’Acid qui est une association qui s’empare des enjeux liés à la diffusion des films, à leurs inégalités d’exposition et d’accès aux programmateurs et spectateurs, nous avons pu sortir et surtout distribuer ce premier film sur les réseaux classiques d’une sortie nationale ».

Tourné dans la vallée de la Roya

Ce film, « Un violent désir de bonheur », est un véritable conte philosophique. « Nous avons tourné dans la vallée de La Roya, à la frontière franco-italienne, pas très loin de la propriété de Cédric Herrou qui accueille et héberge des migrants ». Et force est de constater que même s’il a été imaginé en 2013, il colle parfaitement à l’actualité du moment. En quelques mots voici le pitch : 1792, au cœur de la Révolution Française. Isolé dans l’arrière-pays montagneux, loin de l’épicentre des événements, le couvent du jeune moine Gabriel est occupé et réquisitionné comme caserne par une troupe de soldats révolutionnaires et la jeune femme silencieuse qui les accompagne : Marianne. Une cohabitation forcée entre moines et soldats s’ensuit, qui ne laisse pas Gabriel indifférent aux idées nouvelles.

Un débat en partenariat avec les associations Lumières du Sud et l’Acid suivra cette projection. En bonus, la diffusion d’un court métrage intitulé « La route de la soie ».

C’est lundi soir à 20h30 au cinéma Six n’étoiles.

sylvette.pierron@la-seyne.fr

Cinéma Six n’étoiles,  48 Rue de la République 83140 Six-Fours. Tel : 04 94 26 58 48. Internet : http://sixnetoiles.fr/[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_video link= »https://www.youtube.com/watch?v=BXvNNpsi1Z8″ align= »center » title= »La BO du film »][vc_single_image image= »26259″ img_size= »large » alignment= »center »][vc_single_image image= »26257″ img_size= »large » alignment= »center »][vc_single_image image= »26260″ img_size= »large » alignment= »center »][vc_single_image image= »26258″ img_size= »large » alignment= »center »][/vc_column][/vc_row]