Le René Descartes de retour à Brégaillon

De retour en rade ce jeudi, le câblier « René Descartes », navire amiral d’Orange marine, a finalisé la pose d’un câble de 40 km au départ des Sablettes. Objectif, relier à 2500 m de profondeur le nouvel observatoire sous-marin MEUST.

MEUST. Pour Mediterranean eurocentre for underwater sciences and technologies. L’acronyme désigne le projet destiné à affiner les découvertes d’Antarès, toujours sous l’égide du Centre de physique des particules de Marseille (CPPM) : « Il s’agit d’un projet européen, rationalisé dans le cadre du Pôle Mer PACA », commence Claude Vallée, responsable scientifique de MEUST. Devant lui, à quelques encablures du carrousel des Sablettes, le René Descartes, navire amiral d’Orange Marine, déploie un câble de 40 km, plein sud du Cap Cépet : « Il s’agit de relier la nouvelle station d’observation, située par 2 500 mètres de fonds, via un câble composé de 36 fibres optiques et de cuivre pour l’alimentation haute tension », poursuit-il. « Nous atteignons là une plaine abyssale de proximité, sans sédiments et sans relief, idéale pour l’observation des Muons », précise Vincent Bertin, chercheur au CNRS responsable de l’expérience Antarès, lancée voilà 14 ans. « Ces muons sont produits par des collisions de neutrinos et d’atomes. Remontant du fond des mers, après avoir traversé le globe terrestre, ils révèlent des phénomènes survenus dans le ciel de l’hémisphère sud », raconte-t-il.

A ce jour, 7 à 8 000 ont été repérés par les scientifiques installés à l’étage de l’Institut Michel Pacha, dans l’attente d’un nouveau bâtiment, au technopôle de la Mer, à Brégaillon. « Le nouvel observatoire MEUST sera 6 fois plus puissant. Il aura également des applications dans le domaine des sciences de la Terre », se félicite Claude Vallée. Biodiversité, courants marins, incidences du changement climatique, sismologie, les domaines de recherche occuperont plusieurs dizaines de scientifiques, qu’ils soient ingénieurs, physiciens, techniciens, environnementalistes…

MEUST est également l’occasion de rivaliser avec l’observatoire Ice Cube, installé en Antarctique par les Américains : « Nous couvrons toutefois une zone différente, au fonds complémentaire, en provenance des deux hémisphères », remarque Vincent Bertin.

Une boîte de jonction doit relier le câble aux capteurs de l’observatoire. Les premières informations sont attendues cet l’été.

gwendal.audran@leseynois.fr

http://meust.cnrs.fr

http://www.orange.com/OrangeMarine

Un projet européen

Labellisé par le Pôle Mer Paca, le projet MEUST est financé à hauteur de 7 millions d’euros pour la période 2011 – 2015, également répartis entre le CNRS et les fonds FEDER. Le Contrat de plan Etat-Région doit prendre le relais pour la période 2015 – 2018. Il devrait associer à hauteur de 12 millions d’euros le CNRS (et donc l’Etat), la Région PACA et le FEDER.

Visite du René Descartes

Pose du câble MEUST en baie des Sablettes. Décembre 2014