Grande Lessive : Les Mouissèques exposent leur linge en public

L’espe (*), le foyer bartolini et l’association nouvel horizon participent à la manifestation culturelle la grande lessive aujourd’hui toute la journée. une installation éphémère, mais dont les liens entre les enfants de nouvel horizon, les anciens du foyer et les étudiants de l’espe, se tissent à jamais.

La Grande Lessive est manifestation culturelle internationale initiée par l’artiste belge Joelle Gnothior. Il s’agit d’exposer des oeuvres au public, sur des cordes à linge. Le cahier des charges impose juste l’utilisation exclusive de pinces en bois.

« Le thème était, cette année : ma vie vue d’ici et… là, racontent les étudiants de l’Espe, nous avons travaillé depuis la rentrée sur ce projet et nous avons remis quelque 200 oeuvres ».

Tisser des liens intergénérationnels

Les futurs enseignants ont travaillé sur deux faces, avec des clichés couleurs sur un côté et des clichés noir et blanc sur l’autre. Symbolisant ainsi les images de leur vie, d’ici et.. là ». Les enfants des l’association Nouvel Horizon ont dessiné sur le thème, et force est de constater que l’inspiration les a touchés. « Une fois par mois, les mamans de Nouvel Horizon nous préparent un repas, un moment privilégié pour notre école qui n’a pas de cantine, raconte Chantal Schoonheere, du bureau des études de l’Espe. Cette grande lessive à laquelle nous participons depuis 4 ans maintenant s’ouvre sur le quartier, et c’est bien là sa vocation. Une activité artistique éphémère, soit, mais qui tissent des liens solides et intergénérationnels dans un quartier. Il s’agit aussi pour nos étudiants d’organiser et de réaliser une activité artistique, dans le cadre de leur cursus de formation ».

Jusqu’à la fin de la journée

Guy Calmes, professeur d’arts visuels et Laurent Heisser, professeur d’éducation au numérique, ont fait travailler leurs étudiants depuis la rentrée. Il étaient, ce matin, ravis du rendu. Ils vous attendent jusqu’à la fin de la journée sur le parvis de l’Espe, 59 Allée Émile Pratali (sur le cour Toussaint-Merle, juste avant l’ancien atelier mécanique).

sylvette.pierron@la-seyne.fr

(*) Établissement d’enseignement supérieur